Argentine: mort à 53 ans de Fabian Tomasi, symbole de la lutte contre le glyphosate (AFP/ Sciences et avenir)

Fabian Tomasi, devenu un symbole de la lutte contre le glyphosate en Argentine où il travaillé pendant des années à remplir d’herbicides les réservoirs d’avions de fumigation, est mort à l’âge de 53 ans des suites d’une polyneuropathie toxique sévère. « Hier (vendredi) ils ont fini de l’assassiner. Fabian était malade depuis plus de dix ans. Il s’empêchait de mourir pour pouvoir dénoncer la pratique agricole génocidaire qui l’a détruit », a déclaré à l’AFP Medardo Avila, membre du Réseau des médecins des villages fumigés.

Fabian Tomasi, chez lui à Basavilbaso, Argentine, 7 février 2018.  AFP – PABLO AHARONIAN

Père d’une fille, Fabian Tomasi, qui n’avait plus que la peau sur les os, a consacré les dernières années de sa vie à éveiller les consciences sur les dangers des herbicides et avait même accepté de se laisser photographier pour les besoins de la lutte, a rappelé Medardo Avila. En 2005, il avait commencé à travailler dans une entreprise de la province d’Entre Rios (centre-est), où il était chargé de remplir d’herbicides les réservoirs des avions de fumigation. Il avait expliqué qu’il manipulait des bidons de produits toxiques sans protection, personne ne l’ayant averti des dangers du glyphosate, classé comme « cancérigène probable » par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). « Sa mort nous rend très tristes et nous met très en colère. Nous avons un système de production qui contamine la moitié du pays », a ajouté le médecin militant. Quelques mois avant de mourir, Fabian Tomasi avait témoigné auprès de l’AFP. Pour lui, le glyphosate était « terriblement trompeur, un piège qui nous a été tendu par des gens très puissants ». « Il ne restera personne. Toutes les terres que nous avons ne suffiront pas pour enterrer tous les morts », avait-il ajouté. (…)

(…) Lire la suite de l’article sur le site de Sciences et Avenir

ipsum Sed Nullam in fringilla nec accumsan