Brésil : la justice suspend l’autorisation d’exploiter une réserve d’Amazonie (Le Monde)


C’est une victoire pour les défenseurs de la forêt amazonienne. La justice brésilienne a suspendu mercredi 30 août un décret ayant abrogé le statut d’une gigantesque réserve naturelle d’Amazonie pour y autoriser l’exploitation minière privée. Décidé par le président conservateur Michel Temer, le 24 août, le texte avait déclenché les foudres des défenseurs de l’environnement au Brésil comme à l’étranger. Selon le tribunal, le décret controversé décidé par le président Temer peut « mettre en danger la protection de l’environnement et des communautés indigènes locales ».

Vue aérienne de la réserve de Trairao en Amazonie. LUNAE PARRACHO / AFP

L’injonction du tribunal fédéral de Brasilia, signée par le juge, suspend « toute éventuelle mesure administrative fondée sur le décret » ayant abrogé la réserve de Renca, grande comme le Danemark, située à cheval entre les états brésiliens du Para et d’Amapa, dans le Nord du pays. Le gouvernement a immédiatement déposé un recours contre la suspension du décret ordonnée par la justice. La réserve de Renca recèle d’importants gisements d’or, de fer, de cuivre ou encore de manganèse. Des minerais quasi inexploités jusqu’à présent, car le statut de réserve limitait cette activité à des entreprises publiques.

 

Avalanche de protestations

Le gouvernement brésilien est régulièrement accusé de « brader le poumon de la Terre » sous la pression du puissant lobby de l’agro-business et des intérêts des compagnies minières. À la suite de la décision de Michel Temer, les critiques avaient rapidement fusé, au Brésil comme à l’étranger. Des ONG de défense de l’environnement, des partis politiques, des célébrités, comme Leonardo DiCaprio, et même le clergé catholique, s’étaient notamment inquiétés de l’aggravation de la déforestation, du recul de la biodiversité, et des risques pour les ethnies indigènes vivant sur place. Cette réserve comprend, entre autres, neuf zones protégées en raison de la richesse de sa biodiversité, ainsi que des territoires des tribus indiennes Aparai, Wayana et Wajapi. « C’est la pire attaque contre l’Amazonie des cinquante dernières années. Même la dictature militaire n’avait osé aller aussi loin », avait fulminé le sénateur Randolfe Rodrigues, du parti de gauche Rede, promettant d’aller devant les tribunaux pour tenter d’annuler le décret. Ce dernier avait aussi été critiqué au sein même du gouvernement conservateur.

La justice valide les critiques

Devant l’avalanche de critiques, le président Temer avait remplacé mardi le premier décret du 23 août par un nouveau texte comportant davantage de précisions sur la protection de l’environnement. Mais il ne changeait rien sur le fond. Il avait tenté de se justifier, expliquant que le nouveau statut de Renca permettrait d’encadrer l’exploitation pour éviter « les dégradations causées par les activités minières clandestines (…) afin de favoriser un développement durable de l’Amazonie ». La suspension, mercredi, du décret polémique a été motivée par des raisons constitutionnelles et par la défense de l’environnement.
Le magistrat Spanholo a expliqué que le décret « n’[avait] pas été précédé de la nécessaire autorisation du Congrès, comme l’exige l’ordre constitutionnel en vigueur » et qu’il pourrait « mettre en danger la protection de l’environnement (…) et des communautés indigènes locales », validant ainsi les critiques des opposants. « La pression marche. Nous ne devons pas nous arrêter », s’est félicité Greenpeace mercredi après l’annonce de la suspension du décret.
L’ex-candidate à l’élection présidentielle et ministre de l’environnement du président Lula de 2003 à 2008, Marina Silva, a déclaré : « Le moment est venu pour nous de dire plus jamais de retour en arrière” »« La société brésilienne doit se mobiliser pour empêcher les reculs que nous voyons (…) depuis 2012 », a-t-elle exhorté. Le Brésil avait réduit la déforestation de 84 % entre 2004 et 2012, avant que celle-ci ne progresse à nouveau.
http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2017/08/30/bresil-la-justice-suspend-l-autorisation-d-exploiter-une-reserve-d-amazonie_5178729_3222.html