Communiqué de France Amérique Latine Crise au Venezuela. Pour l’autodétermination, contre la violence !


Communiqué de France Amérique Latine

Crise au Venezuela. Pour l’autodétermination, contre la violence !

Depuis plusieurs mois, le Venezuela et le processus bolivarien connaissent une crise sans précédent et particulièrement inquiétante: pénurie de nombreux produits de première nécessité, effondrement économique renforcé par la chute brutale des cours du pétrole ; tensions et violences politiques, ayant entraîné des dizaines de morts ; difficultés régionale, continentale et internationale enfin, puisque le Venezuela doit faire face à l’hostilité des gouvernements de droite sud-américains  (Brésil, Argentine, Colombie….), aux manœuvres répétées de Washington, de l’OEA et à une campagne médiatique globale caricaturale, y compris dans notre pays.

Le dernier événement en date est le coup de force, que nous condamnons, ourdi par un membre du groupe d’élite de la police, qui a survolé en hélicoptère le Ministère de l’Intérieur et le Tribunal Suprême de Justice, lançant des tirs et appelant l’armée et la population à se joindre à lui pour renverser le gouvernement constitutionnel de Nicolás Maduro.

Face à cette situation de plus en plus dangereuse pour la démocratie vénézuélienne et les acquis sociaux des années Chávez, France Amérique Latine appelle tout d’abord au strict respect de la souveraineté du pays et au droit à l’autodétermination du peuple vénézuélien. Notre association rejette catégoriquement toute forme d’ingérence qu’elle soit le fait de paramilitaires colombiens ou des États-Unis d’Amérique. Nous condamnons fermement la stratégie de violence, voire de coup d’état, défendue par plusieurs dirigeants de l’opposition, aussi bien au sein de l’appareil institutionnel qu’au travers de manifestations de rues. D’autre part, nous ne pouvons accepter l’usage excessif de la force de la part de la police et des forces de sécurité vénézuéliennes ainsi que la violence de certains « colectivos ». Nous sommes également très inquiets face aux détentions arbitraires décrites par les derniers rapports de Amnesty international.

Dans ce contexte, France Amérique Latine appuie toutes les initiatives qui cherchent une sortie politique non violente de la crise, alors qu’il est clair que les classes dominantes vénézuéliennes, elles, rêvent d’une revanche historique brutale de restauration conservatrice.

FAL demeure avant tout solidaire des mouvements sociaux, syndicaux et populaires vénézuéliens qui, dans des conditions très difficiles, continuent à s’auto-organiser, à exiger le respect de la Constitution de 1999, à lutter contre la corruption et la violence pour défendre la perspective du pouvoir populaire et les conquêtes sociales et démocratiques du processus bolivarien.

Paris, le 30 juin 2017.