Communiqué de France Amérique Latine: Le Mexique ouvre une page prometteuse de son histoire


L’élection, dimanche 1er juillet, d’Andrés Manuel López Obrador à la présidence du Mexique, est un événement de portée historique pour ce pays, pour  l’Amérique latine et pour le continent dans son ensemble.

En mettant fin à 90 ans de domination du Parti Révolutionnaire Institutionnel – PRI, entrecoupés de 12 ans de pouvoir du Parti d’Action Nationale – PAN, en déjouant les fraudes électorales, les corruptions et les assassinats, ce succès indiscutable du Mouvement de Régénération Nationale – MORENA, ouvre une ère nouvelle permettant d’envisager des transformations politiques, sociales, économiques et éthiques, dans un cadre pacifique et démocratique.

Cette victoire témoigne du niveau de colère et d’exaspération populaire face à une concentration spectaculaire des richesses, une croissance excessive de la pauvreté, une absence d’état de droit sur tout le territoire, une corruption alarmante et de profondes inégalités sociales qui génèrent insécurité et violence, accompagnées d’une détérioration prononcée des institutions.

Les électrices et les électeurs qui se sont déplacé-e-s en nombre, n’ont pas seulement élu un Président et une majorité de député-e-s, de sénateurs et sénatrices, de gouverneurs et de maires, dont la première femme maire à Mexico, mais se sont aussi prononcé-e-s sur un programme dont l’objectif annoncé est un changement de paradigme d’une grande importance pour les années à venir.

France Amérique Latine se félicite d’un tel résultat, porteur d’espoir pour le Mexique, pour l’Amérique latine profondément meurtrie ces dernières années par des coups d’état institutionnels et une reprise en main de la droite, pour tout le continent, face à Trump et sa politique antisociale et xénophobe aux frontières de ce pays qui accueillera les 2, 3 et 4 novembre le Forum Social Mondial des Migrants à Mexico.

Notre association sera attentive à ce que ce mandat donné au nouveau président débouche sur des dispositions concrètes en faveur de la lutte contre l’impunité, les féminicides, les assassinats de journalistes et de leaders sociaux.  Nous attendons également du futur gouvernement qu’il prenne des mesures en défense des droits des peuples autochtones et qu’il fasse la vérité sur les disparu-e-s.

Nous savons que la tâche sera rude, et que cela ne pourra se faire dans un court laps de temps, mais des signes forts sont à donner rapidement au peuple mexicain, et à toutes celles et tous ceux qui ont porté ce changement. 

Bureau National de France Amérique Latine. Paris, 4 juillet 2018