Communiqué FAL – élections au Honduras


Communiqué  de FAL

Paris le 29 Novembre 2017

Respect de la souveraineté du Peuple Hondurien et de ses votes!

Ce dimanche 26 novembre, les honduriens se sont rendus massivement dans les bureaux de vote pour élire leurs autorités municipales, leurs représentants au congrès national et un président. La tendance qui se dessine depuis le début du scrutin indique une majorité des suffrages en faveur du candidat de l’Alliance d’opposition à la dictature (composée par le parti Liberté et refondation – Libre et le parti innovation et unité – PINU). Les résultats, qui se basent sur les actes physiques de scrutin sont parvenus non seulement au Tribunal Suprême électoral mais également aux centres habilités par les diverses missions d’observation internationales (OEA, Union Européenne) et nationales (Corporation de l’entreprise privée – COHEP) ainsi qu’aux centres de comptage des différents partis en lice. Alors que tous s’accordent pour reconnaitre l’avantage du candidat Nasralla, le Parti National du president Juan Orlando Hernandez, candidat à sa réélection affirme devancer son adversaire et se déclare vainqueur des élections présidentielles.

Salvador Nasralla (Source : La Prensa)

Après une campagne électorale marquée par de fortes tensions, l’inquiétude que les institutions entièrement contrôlées par le pouvoir exécutif pourraient orchestrer une fraude s’est vue renforcée, d’abord par la fermeture anticipée de nombreux bureaux de votes le 26 novembre et surtout par le retard, très inhabituel, des magistrats du Tribunal suprême électoral à annoncer les premières tendances. L’unique comparution des magistrats depuis 48 heures alimente la confusion au sein de la population; situation qui, à mesure que l’incertitude se prolonge, pourrait dégénérer en actes de violence, justifiant une intervention des forces armées, omniprésentes tout au long du processus électoral.

À l’heure où 95% des suffrages ont été dépouillés, la non-divulgation des résultats ne semble avoir d’autre explication que celle d’une tentative de manipuler l’opinion. France Amérique latine soutient le droit des citoyens du Honduras à exercer leur droit de vote librement et à exiger des autorités le respect de leur décision souveraine exprimée dans les urnes.

C’est pourquoi, France Amérique latine se solidarise avec les honduriens qui, après huit ans d’un cauchemar qui a trouvé son origine dans le coup d’État perpétré le 28 juin 2009, ont manifesté leur volonté de changement et surtout l’aspiration à vivre et à s’exprimer sans peur de la répression.

FAL en fonction des événements, en appellera à chacun-ne, en France, à réagir comme cela a été fait dès ce mardi 28, devant l’Ambassade du Honduras.

Paris, 29 novembre 2017