[Communiqué] FAL s’insurge contre la libération de Fujimori par le Président du Pérou, insulte aux victimes de ses crimes contre l’humanité !


 

 

Mobilisation contre la grâce présidentielle accordée à Fujimori.

France Amérique Latine se solidarise avec les citoyen-ne-s péruvien-ne-s indigné-e-s et mobilisé-e-s contre la grâce présidentielle accordée à ALBERTO FUJIMORI par le Président en exercice, Pedro Pablo Kucsynsi (PPK) le  25 décembre dernier.

Ce pardon n’est pas un acte humanitaire du Président péruvien mais assurément  le fruit d’une négociation passée avec des Fujimoriistes  pour échapper à sa propre destitution,face aux accusations de corruption dans le scandale des pots de vin accordés par l’entreprise  Odebrecht à son entreprise Wetsfied et First Capital quand il était Ministre de l’Économie de Toledo.

Alors que le vote du Parlement, jeudi 21 décembre dernier, semblait acquis en faveur de sa destitution, l’abstention de Kenji (frère de  Keiko Fujimori) suivie par 9 autres parlementaires du même groupe ont provoqué un coup de théâtre changeant  brusquement le scénario et le résultat.

Cette grâce est révoltante. Elle est une insulte faite aux familles de milliers de victimes assassinées ou disparues et aux femmes stérilisées de force pendant les dix années du gouvernement d’Alberto Fujimori -de 1990 à 2000.

C’est pour ces crimes que Fujimori avait été condamné à 25 ans de détention pour violation des droits humains et  pour crimes contre l’humanité. Ce « pardon » de la part de PPK viole les obligations de l’État péruvien au regard du droit international.  La Commission des Nations Unies pour les droits humains a déjà qualifié cette décision de recul en matière de lutte contre l’impunité pour tous les pays d’Amérique Latine. La Cour Internationale des Droits de l’Homme de l’OEA a été saisie d’une demande de nullité de cette grâce présidentielle, par  l’institution péruvienne de défense des droits humains, APRODEH.

Cette grâce présidentielle contredit tous les engagements publics de PPK. Elle provoque  colère et sentiment de « trahison » pour tous ceux qui, au second tour des présidentielles de 2016 avaient voté pour lui, pensant échappé ainsi au retour du « fujimorisme ».

Le jour même de Noël, des manifestations spontanées se sont tenuesà Lima mais également dans  plusieurs villes de  province (Arequipa, Ayacucho, Chiclayo, Huancayo,… ) ainsi qu’à l’étranger.

À Paris, la communauté péruvienne a immédiatement réagi en manifestant au Trocadéro et s’organise un mouvement d’opposition.

Face à cette mesure de grâce présidentielle encourageant l’impunité,  France Amérique Latine (FAL) appelle ses militants ainsi que les associations, syndicats  et organisations démocratiques françaises à manifester leur indignation. FAL invite à prendre ou à participer à toutes initiatives dénonçant cette situation au Pérou, en lien avec la communauté péruvienne résidente en France.

FAL demande instamment au gouvernement français et à l’Union européenne de condamner cette décision du président péruvien.

Paris, le 28 décembre 2017