Dossier: Regards croisés sur la crise au Venezuela (dossier régulièrement réactualisé/ articles en français et en espagnol)


Depuis début avril, le Venezuela est le théâtre de manifestations de l’opposition et de contre-manifestations de soutien au gouvernement, suivies d’affrontements violents à l’origine de la mort de plus de 80 personnes. La polarisation entre le gouvernement et l’opposition s’accentue avec des conséquences tragiques pour les classes populaires. Les points de vue sur cette situation de crise économique, politique et humaine sont contrastés, y compris dans le camp progressiste et solidaire. France Amérique Latine, qui débat actuellement sur ces événements, propose à ses lecteurs ce dossier pluriel et non exhaustif composé de quelques articles récents, qui prennent le contre-pied des clichés médiatiques habituels et fournissent des analyses diversifiées.
Ce dossier sera actualisé et enrichi régulièrement: n’hésitez pas à y revenir. Les articles nouvellement publiés sont en bas de page.
  • François Houtart : Le Venezuela d’aujourd’hui  et de demain
François Houtart, grand militant anti-impérialiste et de l’émancipation, est décédé à 92 ans le 6 juin à Quito (Équateur) où il vivait depuis 7 à 8 ans. Il avait écrit récemment l’article ci-dessous suite à sa dernière visite au Vénézuela.

Après une visite à Caracas, j’aimerais faire quelques réflexions sur la situation du pays. L’idée d’une révision de la Constitution sur des bases plus populaires est, en principe, bonne, mais implique un processus qui s’étend à moyen voir à long terme alors que les problèmes existants sont à court terme. Avant la fin du processus, les gens risquent de se fatiguer face aux difficultés de la vie quotidienne. Celles-ci proviennent évidement du boycott et de la spéculation de la part du capital local et de l’impérialisme, mais également de problèmes ordinaires en ces temps de pénuries : marché noir, accaparement de marchandises, changement dans la production en fonction de la loi du marché, des intermédiaires, mais aussi la corruption des agents de l’État.

Lire la suite sur: http://reseauinternational.net/francois-houtart-le-venezuela-daujourdhui-et-de-demain/

En español:  La Venezuela de hoy y de mañana http://www.alainet.org/es/articulo/185683

  • Sept clés pour comprendre la crise actuelle (Emiliano Tran Mantovani)

Il est impossible de comprendre la crise que connait aujourd’hui le Venezuela sans analyser l’ensemble des facteurs que nous vivons « de l’intérieur », et que les principaux médias n’expliquent pas. Nous présentons ici sept clés de la crise actuelle et insistons sur l’impossibilité qu’il y a à comprendre ce qui se passe au Venezuela si l’on ne tient pas compte de l’intervention étrangère et du fait que le concept de « dictature », inopérant pour expliquer le cas du Venezuela, n’est pas une spécificité régionale de ce pays. Nous pensons quant à nous que le contrat social, les institutions et les cadres de l’économie formelle sont en train d’exploser et que le futur et les politiques de notre pays sont déterminés par la force et un certain nombre de mécanismes informels, exceptionnels et souterrains. Nous pensons que les deux blocs partisans qui se disputent le pouvoir partagent le même horizon néolibéral et que nous assistons à une crise historique du capitalisme rentier vénézuélien. Les communautés, les organisations populaires et les mouvements sociaux font face à une désagrégation progressive du tissu social.

Lire la suite sur http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article41066

  • La double attaque contre l’assemblée constituante (par Marco Teruggi)

Retour de la politique à la politique. Tel est l’appel à l’Assemblée Nationale Constituante (ANC). Après plus d’un mois, avec des milliers de candidats inscrits, il est d’une clarté brutale que la droite n’abandonnera pas sa stratégie insurrectionnelle/interventionniste. Son bloc est resté uni ‒ avec ses divisions historiques internes ‒ autour du rejet du dialogue national. S’il existe des secteurs qui veulent s’asseoir à la table, ils sont éjectés de la direction du mouvement putschiste.

 

Lire la suite sur: https://venezuelainfos.wordpress.com/2017/06/09/la-double-attaque-contre-lassemblee-constituante/

  • Le pouvoir par tous les moyens (par Maurice Lemoine)

Loin de l’image de jeunes pacifistes réprimés, le Venezuela affronte un mouvement organisé et violent de déstabilisation, témoigne notre reporter. La réplique de l’État peine à ramener la concorde, tandis que la Colombie voisine joue désormais le même rôle que la Turquie dans le conflit syrien : francs-tireurs et paramilitaires colombiens (mais aussi vénézuéliens) servent de bras armé à la restauration néolibérale.

Lire la suite sur:

https://venezuelainfos.wordpress.com/2017/06/09/le-pouvoir-par-tous-les-moyens-par-maurice-lemoine/

  • Comment Nicolás Maduro a perdu le contrôle de son pays ? (par Mathieu Dejean)

Dans l’hémicycle du Parlement vénézuélien, deux portraits ont été décrochés des murs depuis la victoire de l’opposition de droite aux élections législatives fin 2015. Celui de Simón Bolívar, figure de l’émancipation des colonies espagnoles en Amérique latine au XIXe siècle, et celui d’Hugo Chávez, président de la République vénézuélienne de 1999 à 2013, qui s’inspirait du premier pour construire son “socialisme du XXIe siècle” sous le label de “Révolution Bolivarienne”. Ce symbole en dit long sur la volonté de l’opposition de tourner la page du chavisme. Mais rien ne s’est passé comme prévu. Quatre ans après la mort du leader socialiste, et la victoire de son dauphin – Nicolás Maduro – à la présidentielle, le Venezuela est à feu et sang.

Lire la suite sur http://www.lesinrocks.com/2017/06/02/actualite/venezuela-comment-nicolas-maduro-perdu-le-controle-de-son-pays-11950863/

  • « Regarder le Venezuela au-delà de la polarisation »: Controverse 

Le débat au sujet de la situation au Venezuela traverse la gauche mondiale. Plusieurs appels internationaux de personnalités intellectuelles et politiques circulent. Le 1er juin 2017, une centaine d’intellectuels de gauche signent un « Appel international urgent pour stopper la montée de la violence au Venezuela ». Ce texte exprime une « profonde préoccupation face à la situation incontrôlée de violence politique et sociale au Venezuela » et considère qu’il existe dans le pays de la Révolution bolivarienne « d’un côté (…) un gouvernement de plus en plus délégitimé, prenant un fort caractère autoritaire » et, de l’autre, « des secteurs extrémistes dans l’opposition (très large et hétérogène) qui recherchent (…) une issue violente ». Souhaitant « se placer au-dessus de cette polarisation » pour « chercher de nouvelles voies pour le dialogue politique et social », l’appel propose « la formation urgente d’un Comité international pour la paix au Venezuela afin de mettre fin à la montée de la violence institutionnelle et de la violence de rue ».  

Lire cet appel sur  http://llamadointernacionalvenezuela.blogspot.fr/2017/05/appelinternational-urgent-pour-stopper.html. En español: https://www.aporrea.org/actualidad/n308976.html

L’ «Appel international urgent pour stopper la montée de la violence au Venezuela » a donné lieu à une réponse intitulée « Qui accusera les accusateurs ? » (¿Quién acusará a los acusadores ?), diffusée par le Réseau des Intellectuels, Artistes et Mouvements Sociaux en Défense de l’Humanité. Dans ce document  signé lui aussi par de nombreuses personnalités intellectuelles, universitaires, et politiques de gauche du monde entier, les auteurs considèrent que le Venezuela est victime d’une « guerre de quatrième génération ou d’une guerre de basse intensité » menée par les États-Unis. Pour eux, « ignorer [cette] dimension conduit à développer des analyses superficielles ».

Lire cette réponse (seulement en espagnol) sur http://www.alainet.org/es/articulo/185862

Sur le site de Mémoire des Luttes, le sociologue portugais Boaventura de Sousa Santos, figure très respectée du mouvement altermondialiste, a publié un texte précisant les raisons pour lesquelles il a décidé de signer l’appel international urgent pour stopper la montée de la violence au Venezuela.

« Je suis toujours solidaire de la Révolution bolivarienne, mais être solidaire n’empêche pas d’être solidairement critique. La position opposée nous a fait commettre de nombreuses erreurs dans le passé. Il est connu que j’ai été solidairement critique de la révolution citoyenne de l’Équateur, mais je n’ai pas hésité à manifester mon soutien à Lenin Moreno. Les intellectuels vivent avec un pêché originel : ils trahissent facilement les causes. Il y a deux manières de trahir : critiquer trop tôt, quand les processus de transformation sont encore dans leur phase ascendante ; ne pas critiquer quand des signes évidents montrent que les processus de transformation ne vont pas bien. »

Lire la suite de son point de vue sur http://www.medelu.org/Ma-position-sur-le-Venezuela

  • Venezuela : au-delà des clichés médiatiques: interview de Marco Teruggi

Ce sociologue et journaliste franco-argentin vit au Venezuela et suit actuellement les convulsions politiques et sociales qui saisissent le pays. Qui est l’opposition pour laquelle les médias européens ont pris fait et cause ? Que se passe-t-il au quotidien lors des manifestations dans les rues de Caracas ? Quels sont les rapports de force au sein du chavisme ? Pourquoi une « assemblée constituante nationale » ? Quelles perspectives pour le pays ? Marco Terrugi donne son point de vue sur le site Mémoire des Luttes.

Pour voir la vidéo http://www.medelu.org/Venezuela-au-dela-des-cliches

  • Venezuela : ¿por qué no bajan de los cerros: entrevista  del investigador Alejandro Velasco por Pablo Stefanoni

En entrevista exclusiva, el investigador Alejandro Velasco analiza el papel de los sectores populares en las protestas de Venezuela, que ya llevan más de 70 días, con muertos y heridos, en el marco de una multiplicidad de crisis. Mucho se habla, y se escribe, sobre la crisis venezolana pero faltan algunos eslabones. Entre ellos está la pregunta por los sectores populares: ¿participan de las protestas?, ¿cuál es su relación con la oposición?, ¿y con el gobierno de Nicolás Maduro?, ¿quiénes son y cómo operan los famosos «colectivos»?

Lire la suite sur: http://nuso.org/articulo/venezuela-por-que-no-bajan-de-los-cerros/

  • La izquierda frente a Venezuela (Claudio Katz)

Durante los últimos dos meses Venezuela afrontó una terrible oleada de violencia. Ya se computan más de 60 muertos entre escuelas saqueadas, edificios públicos incendiados, transportes públicos destruidos y hospitales evacuados. Los grandes medios de comunicación sólo transmiten en cadena denuncias macabras del gobierno. Han instalado la imagen de un dictador en conflicto con los demócratas de la oposición. Pero los datos de lo ocurrido no corroboran ese relato, especialmente en lo referido a los fallecidos. Cuando totalizaban 39, un primer informe destacó que sólo 4 fueron víctimas de las fuerzas de seguridad. El resto murió en saqueos o confusas balaceras al interior de las movilizaciones opositoras. Otra evaluación señaló que el 60 por ciento de los ultimados era totalmente ajeno a la confrontación.

Lire la suite sur: http://www.rebelion.org/noticia.php?id=227863

  • Constituyente en vía rápida (Humberto Márquez, del semanario uruguayo Brecha)

El presidente Nicolás Maduro avanza a marchas forzadas para tener en menos de dos meses una asamblea constituyente, con amplias potestades, que le ayude a revertir la crisis económica, social y sobre todo política que envuelve al país petrolero, mientras la violencia se abre paso entre las protestas con un saldo, en 65 días, de 65 muertos y más de mil heridos. Lejos de amainar, la contienda política en Venezuela ha entrado en una verdadera carrera contrarreloj después de que el presidente Nicolás Maduro convocara a una asamblea nacional constituyente, “obrera y comunal”, a elegirse el próximo 30 de julio, deadline para esta batalla entre el heredero de Hugo Chávez y la oposición, que transformó en callejera su fuerza electoral.

Lire la suite sur: http://www.sinpermiso.info/textos/venezuela-asi-estan-las-cosas

Texte original sur: http://brecha.com.uy/constituyente-via-rapida/