Jimmy Morales unifie le mouvement social, qui manifeste contre lui (Ángel Mazariegos Rivas/Plaza Pública/ Collectif Guatemala).

Durant plus de six heures, le lundi 10 septembre, des milliers de citoyens ont manifesté à l’appel de la municipalité autochtone de Sololá  contre la décision du président Jimmy Morales de ne pas renouveler la mandat de la Commission internationale contre l’impunité au Guatemala (CICIG). Avec cette mobilisation, a commencé une série de manifestations au plan national, qui ont comme objectif d’exiger du dirigeant qu’il fasse marche arrière sur cette décision et qu’il démissionne de son poste pour se soumettre à la justice./ Durante más de seis horas, miles de ciudadanos convocados por la Municipalidad Indígena de Sololá se manifestaron el lunes 10 de septiembre en contra de la decisión del presidente Jimmy Morales de no renovar el mandato de la Cicig. Con esa actividad se inició una serie de protestas a nivel nacional que tienen como objetivo exigir al mandatario que dé marcha atrás en esa decisión y que renuncie al cargo para someterse a la justicia.

Manifestation de Sololá du 10 septembre 2018 ©Prensa Comunitaria

Jimmy Morales a réussi la même chose que le Président Otto Pérez Molina en son temps : unifier les différentes organisations du mouvement social guatémaltèque (étudiants et professeurs d’universités, autochtones et paysans, activistes humanitaires, écologistes et religieux) autour d’une seule cause. Après plusieurs réunions de coordination, les dirigeants de plus de cinquante organisations se sont mis d’accord pour réaliser différentes manifestations, blocages de route et rassemblements pour rejeter la décision du président d’interdire l’entrée dans le pays au commissaire Iván Velásquez. Par ces actions, le mouvement social chercher aussi à faire pression sur le gouvernement pour que celui-ci revienne sur sa décision de ne pas renouveler le mandat de la Commission internationale contre l’impunité au Guatemala (CICIG). Les manifestations, qui, selon les prévisions, iront en se renforçant tout au long de la semaine jusqu’à déboucher sur une grève nationale, similaire1 à celle qui s’est déroulée le 20 septembre de l’année dernière, lors des protestations contre le « pacte des corrompus » impulsé depuis le Congrès et soutenu par l’Exécutif, exigeront également au président Morales qu’il démissionne de son poste et se rende devant la justice pour répondre des accusations de financement électoral illégal que lui adressent le Ministère public et la CICIG.

La manifestation de lundi, à laquelle on participé plus de 35 000 personnes selon les organisateurs, s’est déroulée pendant six heures en trois points du département de Sololá (Los Encuentros, Las Trampas et La Cuchilla) à l’appel de la municipalité autochtone de celui-ci. « Ce que nous exigeons, c’est qu’ils renouvellent le séjour de la CICIG au Guatemala », signale Mateo Chiroy, secrétaire de la municipalité. Les 71 communautés de ce département, ajoute le maire Samuel Saloj, « soutiennent unanimement la continuité de la CICIG en tant qu’instrument précieux pour lutter contre la corruption » qui règne dans le pays. Une délégation de manifestants a voyagé à la capitale et s’est rendue à la Maison présidentielle pour y remettre un recueil de demandes au gouvernement, parmi lesquelles la démission de Morales.

Quelques heures après la fin de la manifestation à Sololá , dans le centre historique de la capitale, des centaines d’activistes, menés par les leaders de l’Association des étudiants universitaires (AEU), des collectifs urbains, des religieux et des artistes, organisèrent un cortège qui parcourut les rue entre le Congrès de la République et le siège de la Cour constitutionnelle. Leurs demandes : les mêmes que celles des Sololatecos, avec un ajout : que les députés s’abstiennent d’approuver en troisième lecture les réformes à la Loi en matière de mises en accusation [Ley en Materia de Antejuicios], par lesquelles ceux-ci cherchent à exclure la Cour suprême de justice du processus de retrait de l’immunité des fonctionnaires de l’Exécutif et du Jucidiaire, dans le but d’accélérer celui-ci sans la médiation du filtre juridique indispensable pour garantir un procès équitable. Bien que l’instance des chefs de groupes parlementaires n’aie pas inclus cette initiative pour la réunion de mardi, la députée Sandra Morán, du groupe de Convergencia, avertit qu’il est « très possible » que les députés ayant un intérêt dans l’approbation de ces réformes réussissent à inclure leur approbation à travers une motion privilégiée. L’AEU a appelé à un rassemblement devant le Congrès ce mardi à midi pour manifester contre l’approbation de cette initiative (…)

(…) Lire la suite de l’article sur le site du Collectif Guatemala

(….) Leer en español en la página de Plaza Pública

dolor. at felis tempus Curabitur neque. Donec et,