Lutte contre l'impunité au Brésil

BRIGADE EUROPEENNE DE SOLIDARITE DES COMITES D’AMIS DES SANS TERRE BRÉSIL JUILLET 2017

21 avril 2017

Un nouveau projet des Comités européens des Amis du MST : une brigade européenne est organisée pour le mois de juillet 2017. Il s’agit d’un voyage de membres des comités ou d’organisations amies pour apporter au MST notre solidarité et améliorer notre formation sur les questions des luttes  paysannes au Brésil et en Amérique latine.  




FAL reçue par Mme Dilma Rousseff, présidente du Brésil, au Sénat,

31 janvier 2017

Communiqué de France Amérique Latine La présidente démocratiquement élue du Brésil, Dilma Rousseff, a participé ce mardi 31 janvier 2017 à une rencontre au Sénat organisée par la sénatrice Laurence Cohen, présidente du groupe France-Brésil. A cette occasion, FAL, les Amis du Mouvement des Sans Terres, et d’autres membres du Collectif de Solidarité France-Brésil, ont




Au Brésil, le nombre d’assassinats de femmes a bondi en dix ans

11 novembre 2015

(Photo d’illustration) Le Brésil est au cinquième rang mondial des pays comptant le plus grand nombre d’homicides de femmes. Getty Images/Bloomberg/Dado Galdieri Le constat est alarmant. Le nombre d’assassinats de femmes au Brésil a augmenté de plus de 21 % en dix ans. Ce chiffre inquiétant a été révélé par une étude publiée lundi 9 novembre,




Brésil : la vérité mais pas la justice pour Dilma Rousseff, présidente torturée

7 août 2012

Photo Dina Rousseff

Dans un long article publié samedi, le New York Times se penche sur un processus douloureux lancé depuis trois mois au Brésil : l’examen des crimes de la dictature (1964-1985), pendant laquelle 9 000 personnes ont été emprisonnées et torturées, 400 tuées ou portées disparues. « Des responsables militaires à la retraite, parmi lesquels Mauricio Lopes Lima,




Dilma Rousseff annonce la composition de la Commission vérité sur la dictature

14 mai 2012

Dina Rousseff

Après des mois de polémiques et de débats, la présidente brésilienne a officiellement nommé les sept membres qui composeront la Commission vérité. Elle a été créée il y a six mois pour enquêter sur les cas de violations des droits de l’homme commis pendant la dictature militaire, entre 1946 et 1988. Avec notre correspondant à