- France Amérique Latine - https://www.franceameriquelatine.org -

Brésil: un million de femmes s’organisent contre l’extrême-droite de Bolsonaro (Elsa Méry/ Révolution Permanente)

Alors que le candidat d’extrême-droite à la présidentielle brésilienne, Jair Bolsonaro, monte dans les sondages un million de femmes s’organisent sur les réseaux sociaux contre son programme misogyne et réactionnaire. Elles prévoient des rassemblements et manifestations à la fin du mois.

Dans la continuité du coup d’État institutionnel de Temer, les élections présidentielles brésiliennes se déroulent dans un contexte de polarisation et d’instabilité extrême. Alors que le candidat du gouvernement putschiste dispose d’une côte de popularité de 4%, le candidat favori issu du Parti des Travailleurs (PT), Lula, qui recueille près de 40% des intentions de vote, est en prison et interdit de se présenter. D’autre part, le candidat d’extrême-droite, Bolsonaro, monte aujourd’hui à 24% dans les sondages après l’attentat au couteau perpétré contre lui. Le centre, représenté par le PSDB, dont le candidat est Alckim, est quant à lui complètement décomposé et effacé au profit de Bolsonaro. Surnommé le « Trump brésilien », ce dernier défend un programme ultra-réactionnaire, qui parle du coup d’État militaire de 1964 comme d’une « révolution démocratique » et revendique les actes de torture perpétrés à cette époque, en particulier contre les militants communistes. Il promet de militariser le pays et de restaurer l’autorité de l’armée, tout en appelant lors de tournées électorales à « abattre les militants du PT ». Il s’illustre également par ses propos racistes, sexistes et homophobes et la promesse de reculer sur un certain nombre d’acquis des femmes et personnes LGBT : il a comparé le mariage pour tous à la pédophilie et rejette la politique des quotas, mise en place par les gouvernements précédents pour favoriser l’accès à l’université des Afro-Brésiliens et des femmes. Il a déclaré qu’il serait prêt à frapper des homosexuels s’il les voyait s’embrasser dans la rue et a désigné la mort de Marielle Franco, la conseillère municipale noire et queer de la ville de Rio, assassinée en mars dernier, comme une simple « mort de plus à Rio de Janeiro ». Il a également décrété que les féministes brésiliennes « n’étaient bonnes qu’à faire des fellations ».

L’impressionnante riposte des femmes brésiliennes

Cependant, l’ascension de Bolsonaro a suscité la colère de nombreuses femmes brésiliennes qui entendent s’organiser contre le candidat sexiste et misogyne. En effet, un groupe Facebook intitulé « Les femmes unies contre Bolsonaro », créé il y a seulement un peu plus de deux semaines, n’a cessé de croître jusqu’à dépasser aujourd’hui le million d’adhérentes. D’après les organisatrices, l’écho rencontré sur les réseaux sociaux est énorme : elle recensent 10 000 nouvelles demandes d’adhésion par heure (…)

(…) Lire la suite de l’article sur le site de Révolution Permanente