- France Amérique Latine - https://www.franceameriquelatine.org -

En Amazonie colombienne, les terres autochtones pillées par l’extractivisme. (Matthias Motin / Reporterre)

Amazonie Colombie

Feu vert au fracking, une technique d’extraction du gaz polluante, multiplication des projets miniers… En Colombie, le plan national de développement porté par le gouvernement menace le bassin amazonien et les peuples autochtones qui y vivent.

Le Putumayo, département limitrophe de l’Équateur, relie les dernières vallées andines aux premières étendues de la forêt d’Amazonie colombienne. Les concessions détenues par les compagnies pétrolières recouvrent 70 % des territoires ancestraux des peuples autochtones. La présence et l’activité des compagnies pétrolières dans les resguardos, le plus souvent actées sans leur consentement, engendrent des dégâts considérables pour les écosystèmes environnants et pour la vie des communautés. Déforestation, contamination de l’eau et hausse de l’activité sismique : c’est par exemple ce que subit la communauté siona du resguardo Buenavista, située près de la frontière équatorienne, qui doit cohabiter sur son territoire avec les agents de la pétrolière anglaise Amerisur Resources. La communauté est en outre exposée à la recrudescence du conflit au sein de ce même territoire, et se trouve encerclée par les positions des branches dissidentes Farc, des groupes narco-paramilitaires et de l’armée. Situation d’extrême vulnérabilité, qui s’illustre par le rétrécissement continu du territoire des Siona de Buenavista, qui comptent aujourd’hui 4.500 hectares reconnus et attendent une réponse gouvernementale pour les 52.029 hectares de territoires ancestraux qu’ils réclament…

Lire l’intégralité de l’article sur le site de Reporterre.