- France Amérique Latine - https://www.franceameriquelatine.org -

Accord de libre-échange avec le Mercosur: plus de 340 organisations appellent l’Union européenne à interrompre immédiatement les négociations commerciales avec le Brésil. (Collectif Stop TAFTA)

France Amérique Latine est signataire de ce texte 

Dans une lettre ouverte, plus de 340 organisations de la société civile – dont plus de 30 françaises – appellent l’Union européenne à mettre immédiatement un terme aux négociations pour un accord de libre-échange avec le Mercosur (Brésil, Argentine, Paraguay et Uruguay) en raison de la détérioration des droits humains et de la situation écologique au Brésil. La lettre est adressée aux présidents des institutions européennes en amont de la réunion ministérielle de la semaine prochaine à Bruxelles où les ministres des affaires étrangères de l’UE et du Mercosur vont s’efforcer de finaliser les négociations.

Monsieur le Président du Conseil européen, Monsieur le Président de la Commission européenne, Monsieur le Président du Parlement européen

Nous, organisations de la société civile soussignées, nous vous écrivons pour demander à l’Union européenne (UE) d’utiliser son influence pour empêcher que la situation des droits humains et de l’environnement ne s’aggrave au Brésil.

En avril, plus de 600 scientifiques européens et deux organisations indigènes brésiliennes, représentant 300 groupes indigènes brésiliens, ont appelé l’UE à agir en tant que chef de file mondial afin de soutenir les droits humains, la dignité humaine et un climat habitable en faisant de la soutenabilité la pierre angulaire des négociations commerciales avec le Brésil. Nous appuyons pleinement cet appel.

Liés par les traités sur l’Union européenne, l’UE et ses États membres se sont engagés à respecter et à promouvoir les droits humains en tant qu’objectif primordial dans le cadre de leurs relations avec des pays tiers. Mme Cecilia Malmström, commissaire chargée du commerce, a également déclaré clairement que les nouveaux accords commerciaux de l’UE devaient assurer « un développement durable ».

Depuis l’investiture du président brésilien Jair Bolsonaro en janvier 2019, nous avons été témoins d’un nombre croissant de violations des droits humains et d’attaques contre les minorités, les populations indigènes, les LGBTQ et autres communautés traditionnelles. De plus, le gouvernement continue de menacer le fonctionnement démocratique fondamental de la société civile tout en lançant une attaque sérieuse contre certaines des régions les plus inestimables de la planète sur le plan écologique…

Lire l’intégralité de la lettre sur le site officiel du collectif national unitaire stop TAFTA.