Incendie du Musée National de Rio de Janeiro (Autres Brésils/ Le Monde)

L’incendie qui a ravagé le Musée National de Rio n’est pas qu’un accident. Un incendie a complètement détruit le Musée National de Rio dans la nuit du 2 septembre. Le feu a rapidement consumé presque l’intégralité des 20 millions de pièces qui composaient sa collection. Fondé en 1818 par le roi portugais Jean VI, qui en fait son palais royal, le musée accueillait la plus grande collection de l’histoire naturelle et anthropologique d’Amérique Latine. Le dernier président à avoir visité le Musée est Juscelino Kubitschek (1955-1960). En 2018, aucun occupant des fonctions exécutives n’a assisté à la fête de commémoration de son bicentenaire.

crédit photo : Adufrj SSind

Le musée était lié à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ), institution victime des successives coupes budgétaires découlant de la politique d’austérité du gouvernement en place. Le budget annuel du Musée n’était que d’environ 500 mille réaux ; c’est-à-dire, d’environ 100 mille euros. Cette catastrophe annoncée fait partie du projet même de l’État, qui démantèle le Ministère de la Culture ainsi que le Ministère de la Science et de la Technologie et qui a imposé par un amendement à la Constitution le gel des investissements publics dans l’éducation. Et ne peut être ignorée la montée en puissance des forces politiques ultra-néolibérales et fondamentalistes foncièrement opposées la recherche et de valorisation des cultures du pays. L’abandon des archives et des institutions de mémoire par les pouvoirs publics brésiliens n’est pas nouveau (…)

(…) Lire la suite de l’article sur le site de Autres Brésils

Incendie du Musée de Rio : « Le fruit d’une négligence absolue » (Claire Gatinois/ Le Monde)

Fils électriques à nu, plafonds qui suintent… Depuis plusieurs années, la culture et la science pâtissent de sévères coupes budgétaires. Des pièces très précieuses sont perdues.  Il était un peu plus de 2 heures du matin, lundi 3 septembre, quand les pompiers sont parvenus à neutraliser l’incendie. Après avoir été dévoré par les flammes pendant plus de six heures, le Musée ­national de Rio de Janeiro, au bord de l’effondrement, était déjà en cendres. « 200 ans d’Histoire détruits », ­titrait lundi en « une » le quotidien O Globo. « Une tragédie annoncée », complétait ­l’Estado de Sao Paulo (…)

(…) Lire la suite de l’article sur le site du Monde

 

pulvinar dolor. ante. id massa fringilla ultricies Nullam elit.