La souveraineté alimentaire retrouvée grâce au développement de l’agriculture familiale agro écologique viable économiquement: l’exemple du « Réseau de Marchés agro écologiques Paysans du Valle del Cauca » ou « Redmac ». (article de Danièle Coll-Figueras/ site du CADTM)

Le CADTM (Comité pour l’annulation des dettes illégitimes) de Grenoble et l’association France Amérique Latine appuient le Réseau de Marchés Agro écologiques Paysans du Valle del Cauca ou Redmac, depuis janvier 2014.

La Colombie a signé un traité de Paix avec les forces armées révolutionnaires colombiennes, FARC, le 26 septembre 2016, et un nouvel accord le 24 novembre 2016 suite au référendum du 2 octobre où le non aux accords de Paix l’avait emporté. La question agraire est l’ossature du conflit : plus de 6 millions de déplacés, plus de 6 millions d’hectares de terre abandonnées à cause de la violence, 2 millions d’hectares auraient dû être restitués par le gouvernement en 2014 et seulement 0,34% ont été restitués en 2016. Le développement de la campagne paysanne a été un axe fort et prioritaire des accords de Paix. Les campagnes colombiennes souffrent d’un abandon de l’Etat (65% de la population rurale vit dans la pauvreté et 33% dans l’extrême pauvreté). Mais la réponse du gouvernement porte sur le développement de la monoculture pour l’exportation. Les petits paysans sont contraints de s’endetter pour l’achat des semences et des intrants, se trouvent dépendants des prix des multinationales agricoles et doivent vendre leurs productions aux grandes surfaces. Et, suite aux derniers Traités de Libre Commerce signés, entre autres, avec les États-Unis et l’Union européenne, les importations de produits alimentaires ont augmenté de façon spectaculaire jusqu’à plus de 300 % selon le produit. Pour satisfaire les demandes des multinationales semencières, le gouvernement a imposé des mesures très restrictives sur les semences paysannes. Les petits paysans en Colombie se sentent très menacés par ces mesures sur les semences, par les prix élevés des intrants (21 jours de grève nationale des paysans entre août et septembre 2013), par les grandes difficultés à obtenir le droit à un espace public pour la vente des produits. Or, l’agriculture paysanne joue encore un rôle très important dans la production alimentaire du pays (40 à 65 % des aliments de base sont fournis par l’agriculture familiale, voir même 75 % dans les grands centres urbains comme Bogota, autour de 50 % dans le Valle del Cauca). D’autre part, la population colombienne a une demande croissante de consommation de produits locaux et sains qui font défauts actuellement en Colombie. Soyons assurés que ces produits ne tarderont pas à être importés. Grâce à leur résistance et leur organisation de longue date, les petits paysans sont en capacité de proposer des alternatives constructives pour le développement du monde rural. De nombreuses organisations de développement pour une agriculture paysanne familiale ont émergé ces dernières années. Le Réseau de Marchés Agro écologiques Paysans du Valle del Cauca soutenu par le CADTM et France Amérique Latine (FAL) est l’une de ces organisations (…..)

Lire la suite sur le site du CADTM

Contacts :
Daniele Coll-Figueras : danielecoll@wanadoo.fr
FAL Grenoble : assofal38@gmail.com
FAL Marseille: falmarseille@yahoo.fr 

Trouver plus d’informations sur cette page

vel, luctus ut felis eleifend sem, tempus leo Lorem commodo