Colombie : Santos propose une trêve avec les Farc au 1er janvier
Imprimer
Photo DOMINICK REUTER. AFP
Photo DOMINICK REUTER. AFP

Le président colombien Juan Manuel Santos, dont le gouvernement mène des pourparlers de paix depuis près de trois ans avec les Farc, a proposé mercredi une trêve bilatérale avec cette guérilla à partir du 1er janvier.

M. Santos a proposé un « cessez-le-feu bilatéral et qui fasse l’objet d’un contrôle international à partir du 1er janvier » prochain, dans le cadre des pourparlers de paix menés entre son gouvernement et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxistes) afin de mettre fin à plus de 50 ans de conflit armé.

Le chef de l’Etat, qui a fait cette annonce lors d’une allocution télévisée depuis le palais présidentiel Casa de Nariño à Bogota, a affirmé que les négociations progressaient vers la « fin du conflit ».

Les deux parties, engagées depuis novembre 2012 dans ces pourparlers délocalisés à Cuba – avec un nouveau cycle de discussion démarrant jeudi -, se sont engagées à signer un accord définitif de paix d’ici le 23 mars prochain.

Les Farc, plus ancienne et principale guérilla de Colombie issue en 1964 d’une insurrection paysanne, comptent encore environ 7.000 combattants, selon les autorités, et ont annoncé un cessez-le-feu unilatéral le 20 juillet dernier.

Le gouvernement a pour sa part ordonné la suspension des bombardements aériens des campements rebelles, sans toutefois suspendre ses actions au sol.

Mercredi matin, le ministre de la Défense, Luis Carlos Villegas, a ainsi annoncé que quatre guérilleros des Farc avaient été tués lors d’une opération militaire dans le sud-ouest de la Colombie.

« Lors d’une opération conjointe des forces militaires visant le site appelé El Peaje (Le péage, dans le département de Caqueta, ndlr), quatre guérilleros des Farc ont été tués et deux ont été capturés », a déclaré aux journalistes M. Villegas.

Lors de cette opération, menée par la force d’action conjointe Omega de l’armée, la guérillera Beatriz Anturia, 27 ans, connue comme la Mona Argenis, « responsable des extorsions et du trafic de drogue du Front 14 des Farc », a été tuée, a précisé le ministre, ajoutant qu’une autre guérillera a été blessée.

Trois autres guérilleros ont été abattus lors de l’opération et des armes, du matériel et des « documents de grande valeur pour les renseignements militaires » ont été saisis.

Imprimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.