Communiqué de presse : Suite à la dissolution de la Fondation Pachamama
Imprimer

L’association France Amérique Latine a appris avec stupeur la décision du gouvernement équatorien de dissoudre la Fondation Pachamama et de procéder à la fermeture de ses locaux.
Notre association s’attache à faire connaître l’histoire, la culture, les mobilisations des peuples d’Amérique Latine et de la Caraïbe dans toutes leurs richesses et diversité. Elle soutient leurs combats pour le respect des droits humains, pour la démocratie, pour un développement économique soucieux de la préservation de l’environnement.
Notre association se retrouve donc pleinement dans les actions que mène la Fondation Pachamama pour la promotion d’un modèle de développement innovant basé sur le Bien Vivre, la reconnaissance des droits humains et des droits de la Nature. La fondation Pachamama, qui oeuvre au renforcement des processus d’autodétermination des peuples indigènes d’Équateur et se solidarise avec leurs luttes pour la défense de leur territoire et de leurs cultures, a toujours agi dans la légalité et en accord avec des principes pacifistes, ce qui a amené notre association à collaborer avec elle.
A l’heure où le gouvernement équatorien mène une juste campagne internationale de soutien aux victimes de la pollution pétrolière en Amazonie et contre l’impunité de la multinationale Chevron-Texaco, coupable de la contamination des territoires et de la mise en danger des populations, notre association considère comme particulièrement arbitraire la fermeture de la Fondation Pachamama qui a accompagné et soutenu les peuples indigènes d’Équateur dans leurs combats face aux multinationales prédatrices et a développé de nombreux projets alternatifs en faveur des communautés d’Amazonie.
En conséquence, l’association France Amérique Latine :
- assure de sa solidarité la fondation Pachamama
- proteste contre les mesures injustes prises à l’égard de la fondation Pachamama
- demande au gouvernement équatorien de revenir sur cette décision et de garantir pleinement les droits d’expression individuelle et collective.

Imprimer