Communiqué des organisations paysannes de l’Aguan, 3 avril 2013
Imprimer

La Plateforme Agraire Régionale de la Vallée de l’Aguan(1) souhaite communiquer au peuple hondurien et à la communauté internationale les faits suivants :

1) Nous condamnons la campagne systématique et malintentionnée des grands propriétaires terriens de l’Aguan, entreprise par le biais du journal La Prensa et leurs porte-paroles tels le Colonel Germán Alfaro Escalante, chef de l’opération Xatruch III, qui a été entrainé à l’école des Amériques des États-
Unis en 1984, afin de protéger les intérêts économiques américains.

2) Cette campagne prétend instaurer les conditions pour continuer à assassiner impunément les paysans qui se sont organisés dans le Bas-Aguan. Elle entend également exercer des pressions sur le système judiciaire afin qu’il penche en faveur des grands propriétaires terriens dans les cas de la coopérative La Trinidad, La Despertar et La San Isidro qui appartiennent au MARCA(2). Ces coopératives ont été restituées légalement aux paysans en date du 29 juin 2012 par les autorités judiciaires, au moyen d’une sentence ferme prononcée par un juge du département de Francisco Morazán. Nous ne sommes donc pas des envahisseurs.

3) Nous rappelons que les fincas(3) La Confianza, La Aurora, la Lempira Concepción, Marañones, Isla I et Isla II, qui regroupent 3 962 hectares de terres, ont été acquises via les accords signés le 13 avril 2010 entre le gouvernement hondurien et le MUCA(4). Ces accords font état de 11 000 hectares dont le gouvernement est toujours débiteur de 7 038 hectares au MUCA. De la même façon, le MARCA a signé des accords le 24 mai 2011 qui prévoient la restitution de 1 600 hectares de terre, dont en réalité seuls 667 ont été restitués avec la finca San Esteban, et laissant le gouvernement tributaire
de 933 hectares.

4) Nous refusons les affirmations avancées par le journal La Prensa au moyen de fausses vidéos et publications, dans lesquelles ils prétendent nous faire apparaître comme des groupes armés de gros calibres tels que AK-46, M16 et 223. A ce propos, nous avions dénoncé en date du 26 avril 2011 la présence de groupes armés, sur mandat de chefs paramilitaires. Les photographies de ces groupes armés coïncident pleinement avec les photographies parues dans le journal La Prensa d’aujourd’hui.

5) Nous condamnons le plan opérationnel Xatruch, commandé par Alfaro Escalante, qui tente d’assassiner des dirigeants paysans comme Juan Ramón Chinchilla, Yoni Rivas, Vitalino Alvarez et Wilfredo Paz, qui est porte-parole de l’Observatoire des droits humains à Tocoa, département de Colón.

6) Nous rappelons que la problématique liée à la possession de terres dans le Bas-Aguan a été provoquée en 1992 par l’ex-président du Honduras Rafael Leonardo Callejas lors de l’approbation de la fatidique et inconstitutionnelle Loi de Modernisation et de Développement du Secteur Agricole, laquelle est contraire aux articles 344 à 350 de la Constitution de la République.

7) Nous en appelons aux organisations nationales et internationales de défenseurs des droits humains à rester vigilants face à quelconque situation qui pourrait survenir au cours des prochains jours, et mettant en danger la vie des dirigeants paysans.
No somos pájaros para vivir en el aire, No somos peces para vivir en el agua, Somos campesinos y campesinas que necesitamos vivir en la tierra.

Communiqué le 3 avril 2013 à Tegucigalpa, Honduras.

Notes :

1 La Plateforme Agraire fédère 13 organisations paysannes de la région de l’Aguan.
2 Mouvement Paysan Authentique de Revendications de l’Aguan.
3 Les fincas sont des grandes propriétés d’exploitation agricole.
4 Mouvement Unifié des Paysans de l’Aguan.

Imprimer