Communiqué FAL & Alerte Honduras – Assassinat de René Martínez : soutien à la communauté LGBT hondurienne !
Imprimer

falalertehonduras_converted

falalertehonduras

René Martínez, président de la communauté LGBT (Lesbiennes, Gays, Bis et Trans) de San Pedro Sula au Honduras, employé municipal et coordinateur d’un centre de prévention de la violence, a été assassiné la semaine dernière. Disparu le mercredi 1er juin à bord d’un véhicule non identifié, il a été retrouvé quelques heures plus tard à la morgue, avant d’y être formellement identifié vendredi 3 juin par sa famille. Mort par strangulation, il présentait également de nombreuses marques de torture.

Ce crime odieux, que nous dénonçons avec force, rappelle la situation très difficile des Droits Humains en général et ceux de la communauté LGBT en particulier au Honduras. En effet, insultes, menaces, disparitions, tortures et assassinats contre les minorités sexuelles et minorités de genre sont malheureusement très fréquents, favorisés par un climat d’hostilité entretenu par les médias, les institutions religieuses – église catholique, groupes évangélistes – et les institutions politiques elles-mêmes.

Le rapport 2016 des morts violentes au sein de la communauté LGBT hondurienne réalisé par CATTRACHAS rapporte 242 cas entre 1994 et 2016. Depuis le Coup d’État de 2009, ces crimes se sont démultipliés. Walter Tróchez (décembre 2009), Wilmer García Alvarado (septembre 2010), Jonathan José Pineda (février 2012), José Enrique Castro (mars 2012), Erick Martínez Ávila (mai 2012), Marlon Javier Jiménez (août 2012), ou encore Mónica Shakira (août 2014), la liste est malheureusement encore très longue. Et souvent les victimes et leurs proches refusent souvent de porter plainte par crainte de la police complice de ces violences à caractère homophobe et ou transphobe. Sur 222 crimes depuis 2009, seulement 47 ont été portés en justice.

France Amérique Latine et Alerte Honduras expriment toutes leurs condoléances, leur solidarité et leur sympathie à la famille et aux amis de René Martínez.

Nous affirmons notre soutien indéfectible à l’ensemble de la communauté LGBT au Honduras et plus généralement en Amérique Latine et dans la Caraïbe.

Nous exigeons qu’une enquête soit menée sur les circonstances de sa mort et que justice soit faite.

 

À Paris, le 7 juin 2016,

France Amérique Latine

Alerte Honduras

Imprimer