Pérou: Fujimori hospitalisé après l’annulation de sa grâce par la justice (AFP/Libération)
Imprimer

La justice péruvienne a annulé mercredi la grâce accordée fin 2017 à l’ancien président du Pérou Alberto Fujimori, condamné pour crimes contre l’humanité, et a ordonné son arrestation, ravivant la controverse autour de cette figure aussi adulée que détestée.

Quelques heures après, l’ex-président de 80 ans a été hospitalisé dans une clinique de Lima, où il restera pour une période indéterminée, le temps de réaliser des examens, a indiqué dans la nuit son médecin, Alejandro Aguinaga.

M. Fujimori a été admis à l’hôpital après «avoir souffert d’une décompensation avec une accélération du rythme cardiaque. Il a eu une chute de tension. Pour ce motif, il a été transporté à la clinique pour une série d’examens et de traitements», a dit à la presse M. Aguinaga.

«Un juge a ordonné que l’on localise et arrête l’ancien président Fujimori afin qu’il soit placé en détention», a écrit l’administration judiciaire péruvienne sur son compte Twitter.

La décision d’Hugo Nuñez, magistrat de la Cour suprême du Pérou, fait suite à un recours des familles des victimes du gouvernement Fujimori demandant de revenir «sur la grâce pour raison de santé en faveur» de celui qui a présidé le Pérou d’une main de fer de 1990 à 2000, a déclaré l’institution.

Carlos Rivera, l’avocat des parties civiles à l’origine de l’annulation, a affirmé à l’AFP que la décision de mercredi était fondée car «des irrégularités avaient été commises au moment de la grâce».

La Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) a estimé que cette décision était une grande «victoire pour les victimes et un pas en avant dans la lutte contre l’impunité».

«En fin de compte, justice a été rendue», a déclaré Rosa Rojas, qui a perdu son fils âgé de 8 ans et son mari en 1991 dans un des massacres pour lesquels M. Fujimori a été condamné.

Keiko Fujimori, 43 ans, fille de l’ancien chef de l’Etat et dirigeante de l’opposition, a dénoncé une décision «inhumaine» et a suspendu une tournée en province.

«C’est le jour le plus triste de nos vies, ça fait mal», a-t-elle déclaré en pleurs devant les journalistes…

(…) Lire la suite sur le site de Libération

Imprimer