🇵🇪 PĂ©rou : Violence institutionnelle et mobilisations (Revue de presse)


Depuis deux mois, le peuple pĂ©ruvien est en lutte malgrĂ© l’Ă©tat d’urgence : il exige la dĂ©mission de la prĂ©sidente Dina Boluarte, la dissolution du Parlement, de nouvelles Ă©lections et la convocation d’une AssemblĂ©e constituante. Les mobilisations sont marquĂ©es par de grandes rĂ©pressions de la part de la police, si bien que le Bureau des droits de l’homme de l’ONU s’est dit « très prĂ©occupĂ© par la montĂ©e de la violence Â».



Revue de presse régulièrement actualisée. Les articles les plus récents sont en haut de page.


Voir aussi les communiqués de France Amérique Latine : Le peuple exige la liberté et la démocratie au Pérou (communiqué de France Amérique Latine / 3 février 2023) / Face à la grave crise politique au Pérou, FAL solidaire du peuple péruvien (Communiqué du 12 décembre 2022)


PĂ©rou. Ă€ Lima, la police tue un manifestant. La droite protège la prĂ©sidente. La droite et une partie de la gauche bloquent une sortie institutionnelle momentanĂ©e (Página 12 / Traduction par Ă€ l’encontre – le 30 janvier 2023)

Par Carlos Noriega (Lima)

Les manifestations exigeant la démission de la présidente Dina Boluarte et des élections cette année ajoutent un nouveau décès suite à la répression. Cette fois, il s’est produit à Lima.

Intervention des médecins brigadistes pour tenter de sauver Victor

Victor Santistebán, 55 ans, est mort d’un coup à la tête qui lui a fracturé le crâne. Les manifestations qui ont débuté en décembre ont fait 58 morts, dont 47 sont le résultat de la répression directe policière et militaire. Il y a également un policier mort et dix citoyens qui sont décédés parce qu’ils n’ont pas pu recevoir à temps des soins médicaux ou à cause d’un accident dû aux multiples barrages routiers.

Victor Santistebán est la première victime à Lima. Les protestations ont commencé en décembre 2022 dans la région sud des Andes, se sont étendues à d’autres régions et, depuis onze jours, se concentrent dans la capitale. Dina Boluarte refuse de démissionner, la majorité au Congrès bloque la tenue d’élections anticipées cette année [voir l’article publié sur ce site le 29 janvier] et les protestations s’intensifient.

Samedi, la manifestation anti-gouvernementale a été massive à Lima. La répression, une fois de plus, s’est déchaînée. La police tirait sans discernement des grenades lacrymogènes, dont beaucoup avec un angle de tir dirigé vers le corps, tirant des chevrotines à bout portant, frappant les personnes arrêtées. Ce qui, dans l’après-midi, avait commencé comme une mobilisation de masse pacifique, s’est transformé dans la soirée en une bataille après que la répression policière a été déployée pour interrompre la dynamique de la manifestation. La police a attaqué avec des gaz lacrymogènes et des chevrotines, les manifestants ont répondu avec des pierres, des bâtons et quelques fusées. C’était une bataille inégale.

Diffusion en direct

Une chaîne d’information télévisée diffusait en direct ce qui se passait dans le centre de la ville. Un groupe de manifestant·e·s faisait face à un contingent de police, ils ne jetaient pas de pierres, rien. Soudain, une détonation a été entendue et une personne s’est effondrée sur le sol. Il y avait une agitation, des cris, du désespoir. Puis la chaîne a changé le plan et a coupé la diffusion en direct. Elle n’a pas retransmis ce qui se passait lors de la manifestation. Le journaliste qui rapportait ce qui se passait décrivait les manifestants comme des personnes violentes qui attaquaient la police et justifiait la répression policière. C’est le discours dominant dans les médias locaux grand public.

Brigades médicales volontaires

Il a Ă©tĂ© rĂ©vĂ©lĂ© plus tard que l’homme tombĂ© Ă  terre – que la tĂ©lĂ©vision voulait ne pas montrer – Ă©tait VĂ­ctor Santistebán. Il avait subi un choc qui lui avait brisĂ© le crâne. Quelques minutes plus tard, il est mort. Une vidĂ©o rendue publique par le mĂ©dia en ligne Wayka montre comment Victor tombe lorsqu’il se trouve avec un groupe de personnes qui s’éloignent des gaz lacrymogènes que la police lance Ă  quelques mètres de lĂ . On aperçoit un flash venant de l’endroit oĂą se tiennent les policiers et qui frappent Victor. Il s’effondre. Ă€ cĂ´tĂ© de lui, de la fumĂ©e a commencĂ© Ă  s’élever, comme celle des grenades lacrymogènes. Puis on a pu suivre le dĂ©roulement du drame: avec des cris de «ils l’ont tuĂ©, ils l’ont tué» et des appels Ă  l’aide dĂ©sespĂ©rĂ©s. Victor a Ă©tĂ© soignĂ© sur place par des mĂ©decins qui ont formĂ© des brigades de volontaires pour aider les personnes blessĂ©es lors des manifestations. «Il est vivant, il est vivant», peut-on les entendre crier. Les mĂ©decins s’occupent de lui, lui bandent la tĂŞte et l’emmènent Ă  l’hĂ´pital. Les gens crient «laissez passer, laissez passer». Victor est mort peu après Ă  l’hĂ´pital.

La mort de Victor Santistebán a Ă©tĂ© annoncĂ©e Ă  dix heures du soir samedi. La rĂ©pression et les affrontements duraient depuis plusieurs heures. Le docteur Antonio Quispe, qui coordonne une des brigades mĂ©dicales, a soignĂ© Victor Santisteban Ă  l’endroit oĂą il est tombĂ© mortellement blessĂ©. «Nous avons fait ce que nous pouvions, mais le patient prĂ©sentait un traumatisme crânien grave avec exposition de la masse encĂ©phalique. En termes simples, ils lui ont fait sauter la cervelle», a dĂ©clarĂ© Antonio Quispe dans un message après avoir appris la mort de Victor Santistebán. Dans un autre message, il rendait hommage au manifestant dĂ©cĂ©dĂ©: «Ils vous ont tirĂ© dans la tĂŞte alors que vous Ă©tiez complètement sans dĂ©fense. Mes brigadistas et moi sommes dĂ©vastĂ©s par votre dĂ©cès.»

Devant l’hĂ´pital oĂą Victor et d’autres blessĂ©s ont Ă©tĂ© emmenĂ©s, un rassemblement a Ă©tĂ© improvisĂ©, une veillĂ©e pacifique. Plus de 30 personnes ont Ă©tĂ© blessĂ©es. Un blessĂ© grave, qui souffre Ă©galement d’une fracture du crâne, est toujours aux soins intensifs. La police est arrivĂ©e au centre de santĂ© et a violemment attaquĂ© les personnes prĂ©sentes sur les lieux. (…)

(…) Lire la suite de l’article ici


PĂ©rou. Le CNDDHH documente la politique Ă©tatique, raciste, de rĂ©pression (Ă€ l’encontre – le 27 janvier 2023)

Par Carlos Noriega (Lima)

Le Comité national de coordination des droits de l’homme (CNDDHH) qualifie de «crimes contre l’humanité» la réponse répressive du gouvernement aux manifestations exigeant la démission de la présidente Dina Boluarte et la tenue d’élections en 2023.

Jennie Dador et Mar Perez du CNDDHH (conférence de presse)

Dans un rapport prĂ©sentĂ© jeudi 26 janvier, l’organisation reconnue de dĂ©fense des droits de l’homme dĂ©nonce les massacres, les exĂ©cutions extrajudiciaires, les dĂ©tentions arbitraires, la torture, les traitements dĂ©gradants et les violences sexuelles dont sont victimes les dĂ©tenu·e·s. Des menaces et des actes de harcèlement visant des avocats des personnes arrĂŞtĂ©es et des militant·e·s des droits de l’homme sont Ă©galement signalĂ©s. Des accusations arbitraires de terrorisme sont lancĂ©es contre des manifestant·e·s. La militarisation du pays et le soutien du gouvernement aux forces de sĂ©curitĂ© accusĂ©es de tirer sur la population sont remis en question.

L’impunité assurée

Le CNDDHH souligne qu’il n’existe aucune garantie que justice soit faite pour les crimes commis par le gouvernement et les forces de sécurité, car le bureau du procureur général et le système judiciaire sont alignés sur le régime. Ce rapport sera soumis à la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) et au Conseil des droits de l’homme des Nations unies.

Au total, 57 personnes ont été tuées depuis le début des protestations en décembre, d’abord dans la région andine du sud, puis dans une grande partie du pays, notamment à Lima, où des manifestations antigouvernementales de masse ont lieu quotidiennement depuis une semaine. Manifestations durement réprimées. Parmi ces décès, 46 personnes ont été tuées par des tirs des forces de sécurité. Un policier a été tué. Près d’un millier de personnes ont été blessées. Le CNDDHH affirme que la réponse de l’État aux mobilisations sociales «a été d’une brutalité sans précédent dans l’histoire de la démocratie dans le pays au cours du présent siècle».

Il dénonce un «usage arbitraire de la force», notamment l’utilisation de fusils automatiques non autorisés pour les manifestations sociales. Également des chevrotines tirées sont tirées à bout portant et des grenades lacrymogènes lancées visant des manifestants. Il en résulte un nombre élevé de décès et de blessures.

«Les responsables du gouvernement, loin de mettre fin aux violences et de démasquer les auteurs, cautionnent et encouragent les actions des forces de sécurité», dénonce le rapport du CNDDHH.

Parmi les cas d’abus policiers signalés, citons celui de huit détenus de la ville andine d’Andahuaylas «brutalement battus pendant leur détention» et exposés sans abri au froid extrême de cette région; des détenus aux jambes couvertes d’ecchymoses provoquées les coups reçus pendant leur détention; des détentions dans des locaux de police «dans des conditions incompatibles avec la dignité humaine»; un cas d’«agression sexuelle répétée»; des «attouchements inappropriés et des fouilles intimes» de femmes détenues à l’Université de San Marcos [qui a été occupée par les forces de police].

«Tous les droits sont violés»

«Je crois qu’il n’y a aucun droit dans le catalogue des droits de l’homme qui n’ait pas été violé. Les familles des victimes ont droit à la justice, à des réparations et à la vérité. Ils ont le droit de savoir ce qui s’est passé, d’où vient l’ordre, car il y a une consigne pour cette action, ce n’était pas juste deux ou trois policiers détraqués en vadrouille. Les responsables de ce massacre doivent être poursuivis et finir en prison comme il se doit, cela peut prendre quelques années, mais ce sera leur place», déclare Jennie Dador, secrétaire exécutive du CNDDHH.

Le ministère public a ouvert une enquête sur les meurtres commis pendant la répression, qui concerne Dina Boluarte et ses ministres. Mais la procureure générale, Patricia Benavides, suscite plus de doutes et de suspicions que de confiance. Très active par le passé en envoyant des messages accusant l’ancien président Pedro Castillo de corruption, elle fait désormais silence. Elle a également réduit le nombre de bureaux de procureur qui doivent enregistrer les plaintes pour violation des droits de l’homme, cela en leur retirant des ressources et du personnel. Les doutes ne visent pas seulement le bureau du procureur général. L’ancien chef de cabinet de Dina Boluarte, Pedro Angulo, l’un des accusés des massacres, est désormais conseiller principal du Conseil national de la Justice, qui nomme et évalue les juges du système judiciaire. Au Congrès, une commission enquêtera sur la répression, mais elle sera nommée par la majorité de droite qui soutient Dina Boluarte et applaudit la répression.

«Nous n’avons pas confiance dans le procureur gĂ©nĂ©ral, ni dans le système judiciaire. Il n’y a pas d’indĂ©pendance des pouvoirs, ce que nous avons, c’est l’hĂ©gĂ©monie d’un seul pouvoir. L’enquĂŞte qui aboutira au Congrès ne suscite aucun espoir», dit Jennie Dador. Elle souligne que les plaintes concernant les dĂ©cès causĂ©s par la rĂ©pression pourraient ĂŞtre dĂ©posĂ©es devant les tribunaux internationaux si le système judiciaire national ne progresse pas. Elle souligne que cette internationalisation pourrait ĂŞtre accĂ©lĂ©rĂ©e si une plainte est dĂ©posĂ©e devant la Cour pĂ©nale internationale, mais elle prĂ©cise qu’elle doit ĂŞtre dĂ©posĂ©e par un État. (…)

(…) Lire la suite ici


Assaut sur un campus, fermeture de Machu Picchu: la crise s’aggrave au PĂ©rou (RFI – le 22 janvier 2023)

Ă€ Lima et dans le reste du PĂ©rou, les manifestants continuent de demander la dĂ©mission de la prĂ©sidente par intĂ©rim Dina Boluarte. Samedi 21 janvier, plusieurs manifestants sont dĂ©cĂ©dĂ©s, portant le bilan total Ă  56 morts et plusieurs centaines de blessĂ©s depuis le dĂ©but du mouvement, mi-dĂ©cembre. Dans la capitale, quelques centaines de manifestants ont Ă  nouveau dĂ©filĂ©, protestant notamment contre l’intervention de la police sur un campus.

Des personnes arrĂŞtĂ©es par la police sur le campus de l’universitĂ© de San Marcos, Ă  Lima, le 21 janvier 2023. AFP – Juan Mandamiento

Les images tournent en boucle sur les rĂ©seaux sociaux. Un vĂ©hicule blindĂ© de la police nationale enfonce la porte 3 de l’universitĂ© de San Marcos, dans la capitale du PĂ©rou. Des dizaines de policiers, casquĂ©s, boucliers Ă  la main, entrent sur le campus.

Depuis trois jours, les Ă©tudiants occupaient les lieux. Ils y empilaient des dons alimentaires et permettaient aux manifestants, venus du centre et du sud du pays, de dormir sur place, contre l’avis de l’universitĂ©.

Quelques minutes après son entrĂ©e, la police ordonne Ă  des manifestants de s’allonger Ă  plat ventre. Et de se taire. Dans un communiquĂ©, la direction de l’Ă©tablissement justifie l’intervention par le contexte d’Ă©tat d’urgence.

Plus de 200 étudiants et manifestants sont encore retenus par la police. Dont certains dans les services de lutte anti-terroriste. Samedi soir, à Lima, des manifestants ont donc protesté devant la préfecture pour réclamer leur libération.

Le comitĂ© national de dĂ©fense des droits humains dĂ©nonce « une action arbitraire et un abus de pouvoir des forces de l’ordre Â». L’organisation dĂ©plore aussi des gardes Ă  vue sans accès Ă  un avocat. (…)

(…) Lire la suite de l’article ici


Le PĂ©rou dans l’impasse: les manifestations continuent, le blocage politique perdure (RFI – le 21 janvier 2023)

Au PĂ©rou, les manifestations contre le pouvoir de Dina Boluarte continuent. Après une journĂ©e de protestation nationale jeudi 19 janvier Ă  Lima, la prĂ©sidente contestĂ©e a de nouveau pris la parole pour appeler au calme, tout en condamnant les manifestants les plus violents. Mais vendredi, de nouveaux rassemblements ont eu lieu. Entre le pouvoir et les partisans du prĂ©sident dĂ©chu Pedro Castillo, aucun dialogue ne semble possible.

Lima, le 20 janvier 2023 au soir : les affrontements entre partisans du prĂ©sident dĂ©chu Pedro Castillo et le pouvoir se poursuivent dans la capitale et ailleurs dans le pays. Reuters – Angela Ponce

Comment expliquer le dialogue de sourds entre le pouvoir et les partisans du prĂ©sident dĂ©chu Pedro Castillo ? Pour Roman Perdomo, du centre de recherches internationales de Sciences Po, la classe politique est dĂ©connectĂ©e du pays.

« Même au-delà du cas de Dina Boluarte, je pense qu’on peut parler de déconnexion de la classe politique et elle n’est pas nouvelle au Pérou, explique Roman Perdomo, au micro de Mickaël Ponge. La crise politique que traverse le pays depuis six ans est catalysée par des hommes et des femmes politiques de mauvaise qualité, qui parviennent plus facilement à se mettre d’accord sur des intérêts personnels que sur un projet pour le pays. Et le dialogue social aussi est rendu difficile par une culture politique qui criminalise les formes d’opposition et de dissidences, depuis les années de conflit armé en 1980 ; mais aussi par un contexte de racisme, de classisme structurels de la société péruvienne qui contribuent à ce que les revendications de l’autre ne soient pas considérées comme légitime, ce qui génère une réponse par la violence. »

Le gouvernement est pour l’instant en dissonance avec les revendications des manifestants, mais sa position peut changer, selon Roman Perdomo. Â« Il peut encore toujours changer de cap. Par exemple, en reconnaissant les manifestations comme lĂ©gitimes, et surtout en donnant des garanties qu’il s’agit d’un gouvernement de transition et qu’il va y avoir des Ă©lections de façon imminente. Et bien sĂ»r, que des comptes soient rendus pour les cinquante morts depuis un mois. Â»

Les manifestations contre la prĂ©sidente Dina Boluarte se poursuivaient vendredi soir Ă  Lima comme dans le reste du PĂ©rou, au lendemain d’un grand rassemblement, jeudi, dans la capitale. Ă€ Lima, oĂą plus de 10 000 policiers ont Ă©tĂ© dĂ©ployĂ©s, trois personnes ont Ă©tĂ© blessĂ©es, rapporte notre correspondante, Juliette Chaignon.

Des affrontements violents, ressemblant Ă  des scènes de bataille, se sont aussi dĂ©roulĂ©s Ă  Arequipa, deuxième ville du pays. L’aĂ©roport de Cuzco, capitale touristique du pays, a rouvert ses portes Ă  la mi-journĂ©e hier, mais le train vers le cĂ©lèbre site du Machu Picchu est toujours suspendu. Au moins 300 touristes Ă©trangers et locaux sont bloquĂ©s dans la zone. (…)

(…) Lire la suite de l’article ici


PĂ©rou. Quand la majoritĂ© populaire, indigène, est qualifiĂ©e de terroriste et est rĂ©primĂ©e (Ă€ l’Encontre – le 20 janvier 2023)

«Dina [Boluarte] meurtrière, le peuple te rejette», a scandé une foule bruyante qui a manifesté dans les rues de Lima jeudi 19 janvier : le slogan a été repris dans différentes villes du pays. Munis de drapeaux péruviens – dont plusieurs avec des bandes noires remplaçant les bandes rouges en signe de deuil pour les victimes de la répression – des milliers de personnes sont descendues dans les rues du centre de la capitale.


Au milieu de ces affrontements, un énorme incendie s’est déclaré dans la soirée dans un vieux bâtiment du centre historique, près de la place San Martin, le cœur de la manifestation. Les flammes atteignaient plusieurs mètres de haut et la fumée commençait à recouvrir la zone. Le bâtiment était vide, mais les voisins ont dû évacuer les lieux avec ce qu’ils pouvaient emporter rapidement en raison du risque de propagation de l’incendie. Il y avait du désespoir. Lors de la mise sous presse, la cause de l’incendie n’avait pas été signalée.

De nombreux manifestants aymara de la rĂ©gion de l’altiplano de Puno ont brandi le drapeau wiphala [drapeau en damier aux couleurs de l’arc-en-ciel] des peuples indigènes. Ils ont Ă©galement brandi des pancartes et scandĂ© des slogans exigeant la dĂ©mission de la prĂ©sidente Dina Boluarte, ainsi que la tenue des Ă©lections cette annĂ©e [et non pas en 2024], la rĂ©vocation du Congrès contrĂ´lĂ© par la droite, la revendication d’une AssemblĂ©e constituante et la condamnation des responsables des morts causĂ©es par la rĂ©pression. D’autres manifestants ont Ă©galement demandĂ© la libĂ©ration de Pedro Castillo.

Un lent massacre populaire

Plus de 50 personnes ont été tuées par la répression, dont 44 ont été abattues par les forces de sécurité. Le gouvernement et la droite parlementaire et médiatique soutiennent les forces de sécurité accusées d’avoir tiré sur les manifestant·e·s et criminalisent ceux qui se mobilisent pour demander la démission de Dina Boluarte, les accusant d’être «violents» et «terroristes».

Dans la nuit de jeudi Ă  vendredi, alors que les affrontements entre la police et les manifestant·e·s se poursuivaient dans le centre de Lima et qu’une victime Ă©tait dĂ©jĂ  signalĂ©e Ă  Arequipa, la prĂ©sidente Dina Boluarte a diffusĂ© un message dans lequel elle a qualifiĂ© le comportement de la police d’«irrĂ©prochable». Elle a parlĂ© de «protestations violentes» et a accusĂ© les manifestant·e·s de vouloir «gĂ©nĂ©rer le chaos et le dĂ©sordre pour prendre le pouvoir» et de chercher Ă  «briser l’Etat de droit». Faisant rĂ©fĂ©rence aux actions de protestation contre son gouvernement, elle a dĂ©clarĂ©, sur un ton menaçant, que «les actes de violence perpĂ©trĂ©s en dĂ©cembre et janvier ne resteront pas impunis». Mais elle n’a pas dit un mot sur les personnes abattues par les forces de sĂ©curitĂ©, qu’elle a Ă  nouveau soutenues, et sur les revendications pour que ces crimes ne restent pas impunis. A propos de la violence officielle meurtrière qui a causĂ© les dĂ©cès qui ont indignĂ© la population contestataire, elle n’a pas parlĂ© de sanctions. Une confirmation que le gouvernement mise sur l’impunitĂ© des forces de sĂ©curitĂ© qui ont tirĂ© sur les manifestant·e·s. (…)

(…) Lire la suite de l’article ici


PĂ©rou : violents heurts Ă  Lima oĂą dĂ©filent des milliers de manifestants (France 24 – le 20 janvier 2023)

Des échauffourées ont éclaté jeudi 19 janvier dans la capitale péruvienne, Lima, où des milliers de contestataires ont défilé sous haute surveillance policière pour réclamer la démission de la présidente Dina Boluarte.

Grosse mobilisation dans un PĂ©rou sous Ă©tat d’urgence. Des milliers de personnes, surtout en provenance des Andes, ont manifestĂ© pour rĂ©clamer la dĂ©mission de la prĂ©sidente Dina Boluarte, jeudi 19 janvier, dans le centre-ville de Lima, oĂą de violents heurts ont Ă©clatĂ© entre les protestataires et les nombreux policiers dĂ©ployĂ©s.

Des affrontements ont fait deux nouveaux morts dans le sud du pays. Ă€ Arequipa, deuxième ville du PĂ©rou, de violents heurts autour de l’aĂ©roport se sont soldĂ©s par un mort – un homme d’une trentaine d’annĂ©es – et dix blessĂ©s, selon le bureau du MĂ©diateur du peuple. Un peu plus tĂ´t, le bureau avait fait part du dĂ©cès d’un autre homme, blessĂ© la veille dans des heurts Ă  Macusani, près de Puno (sud) Ă  la frontière bolivienne.(…)

(…) Lire la suite de l’article ici


PĂ©rou : objectif Lima pour les protestataires, malgrĂ© l’Ă©tat d’urgence (France 24 – le 16 janvier 2023)


Au PĂ©rou, stopper la spirale de la violence (Le Monde – le 14 janvier 2023)

Les manifestations qui secouent le pays depuis la destitution et l’arrestation du prĂ©sident Pedro Castillo, le 7 dĂ©cembre, sont le symptĂ´me du chaos rĂ©current des institutions pĂ©ruviennes depuis le retour de la dĂ©mocratie en 2000.

Des habitants entourant des cercueils lors d’une veillĂ©e pour les 12 personnes dĂ©cĂ©dĂ©es lors de troubles Ă  Juliaca, au PĂ©rou, mardi 10 janvier 2023. (AP Photo/Jose Sotomayor)

En cinq ans, Dina Boluarte est la sixième personne Ă  occuper la prĂ©sidence de la RĂ©publique pĂ©ruvienne. Avocate sans expĂ©rience politique, elle y a accĂ©dĂ© lĂ©galement après la destitution et l’arrestation, le 7 dĂ©cembre, du chef de l’Etat, le socialiste Pedro Castillo, dont elle Ă©tait la vice-prĂ©sidente. M. Castillo, Ă©lu de justesse en juillet 2021, est accusĂ© de tentative de coup d’Etat pour avoir, dĂ©but dĂ©cembre, voulu dissoudre le Parlement qui s’apprĂŞtait Ă  le chasser du pouvoir. Les dix-sept mois de sa prĂ©sidence avaient Ă©tĂ© marquĂ©s par l’incompĂ©tence et l’instabilitĂ©. Mais, instituteur d’origine modeste, il reprĂ©sentait un espoir, pour les populations paysannes et indigènes des Andes dĂ©shĂ©ritĂ©es et marginalisĂ©es, d’être enfin entendues par les puissantes Ă©lites de Lima.

La destitution de M. Castillo a dĂ©clenchĂ© la rĂ©volte. Les manifestations de protestation et les blocages de routes ne cessent de s’étendre, en dĂ©pit d’une rĂ©pression brutale. Depuis le dĂ©but des Ă©vĂ©nements, au moins 48 personnes sont mortes et des centaines ont Ă©tĂ© blessĂ©es. La police rĂ©pond aux jets de pierre en tirant parfois Ă  balles rĂ©elles. La prĂ©sidente par intĂ©rim, ancienne alliĂ©e de M. Castillo, aujourd’hui associĂ©e Ă  la droite dans la rĂ©pression, est devenue la cible des protestataires, qui rĂ©clament sa dĂ©mission. L’attitude de Mme Boluarte, qui assure avoir interdit l’usage des armes lĂ©tales, pose la question de son maintien au pouvoir.

Alors que le Bureau des droits de l’homme de l’ONU se dit « très prĂ©occupĂ© par la montĂ©e de la violence Â» et que la procureure d’Etat du PĂ©rou a ouvert une enquĂŞte pour « gĂ©nocide Â», il est temps de stopper la dĂ©rive mortifère et de trouver d’autres moyens que la violence pour trouver une issue Ă  la crise, dans un pays dĂ©jĂ  terriblement Ă©prouvĂ© par le Covid – la mortalitĂ© y est la plus Ă©levĂ©e du monde par habitant. Sans attendre avril 2024, Ă©chĂ©ance dĂ©sormais avancĂ©e, de nouvelles Ă©lections doivent avoir lieu.

Médiocrité, amateurisme et corruption

La crise de la dĂ©mocratie pĂ©ruvienne, particulièrement prĂ©occupante dans le contexte rĂ©gional de la tentative de dĂ©stabilisation visant le prĂ©sident brĂ©silien Lula, a des racines profondes. Le pays n’est jamais parvenu Ă  la stabilitĂ© depuis le retour de la dĂ©mocratie en 2000, après la fuite de l’autocrate Alberto Fujimori, condamnĂ© pour corruption et toujours emprisonnĂ©. Ă€ chaque prĂ©sidentielle, Keiko Fujimori entretient le courant d’extrĂŞme droite populiste, nĂ©olibĂ©ral et autoritaire qu’incarnait son père. Quant Ă  la Constitution de 1993, hĂ©ritĂ©e du « fujimorisme Â», elle perpĂ©tue la prĂ©caritĂ© du système, notamment en permettant aux Ă©lus du Congrès de destituer le prĂ©sident sans justification sĂ©rieuse. (…)

(…) Lire la suite de l’article ici


Articles réservé.s aux abonné.e.s:
→ Au Pérou, la moitié de la population en état d’insécurité alimentaire (Le Monde)
→ Au PĂ©rou, les paysans en première ligne (l’HumanitĂ©)