Appel à rejoindre le Comité de Solidarité au Peuple Hondurien en Résistance
Imprimer

Vous trouverez ci-dessous l’Appel pour rejoindre le Comité de Solidarité au Peuple Hondurien en Résistance (France).
Merci d’avance pour sa large diffusion et pour votre signature (à envoyer à falnationale@franceameriquelatine.fr).

 

  • LE COMITE DE SOLIDARITE AU PEUPLE HONDURIEN EN RESISTANCE (France)
    Le Comité de solidarité au Peuple Hondurien en Résistance, de France, rassemble toutes celles et tous ceux, citoyen-nes, associations, syndicats, partis politiques qui continuent à apporter leur soutien à la Résistance menée par le Peuple Hondurien au coup d’Etat du 28 juin 2009 et au régime militaro-civil, qui en est issu.
    Depuis, disparition, assassinat, menace, torture, privation de libertés, violation du Droit du travail, …, ne cessent de se multiplier. Dans le même temps, la situation économique et sociale du pays s’est considérablement dégradée.
    Dans la perspective du scrutin électoral de novembre 2013, la violation des Droits Humains s’intensifie afin de créer un climat d’intimidation et de terreur.
    C’est pourquoi le Comité de Solidarité au Peuple Hondurien en Résistance, en France, appelle à se rassembler et à agir pour :
    Mettre fin à la répression et à la violence d’Etat, et pour une démilitarisation du pays, en particulier dans des régions comme l’AGUANE
    Mettre fin à la violence des grands propriétaires terriens, qui protègent leurs privilèges fonciers, continuent à s’accaparer indument des terres et s’opposent à toute réforme agraire.
    Apporter notre soutien aux luttes du Peuple Hondurien pour :
    o Une assemblée constituante qui répondrait à leur aspiration de Liberté et de Justice Sociale
    o L’abrogation de la Loi de « Modernisation agricole » qui a favorisé la privatisation et entravé une juste distribution des terres aux paysans
    o L’abandon de la privatisation des services publics, en particulier le concept de « Villes modèles » ou « Région spéciale de développement »qui échappe à toute législation nationale.
    o La liberté d‘information, d’informer et d’être informé-e, notamment en légalisant les médias communautaires
    o La fin de l’impunité pour tous les crimes commis par les « Politiques de sécurité nationale » depuis les années 80
    Nous invitons toutes celles et tous ceux qui veulent nous rejoindre à nous envoyer leur signature à l’adresse suivante :

Contact : Alice, falnationale@franceameriquelatine.f

Imprimer