Brésil: c’est maintenant l’armée qui s’occupe de l’environnement (Silvana Conte/Reporterre)
Imprimer

Des postes clés du ministère de l’Environnement brésilien sont dorénavant occupés par des militaires. Ces nominations vont de pair avec des restrictions budgétaires et des restructurations. Les peuples autochtones se mobilisent, soutenus par des scientifiques et des universitaires.

Lors d’un événement tenu le 13 avril à Rio Grande do Sul, le ministre de l’Environnement brésilien, Ricardo Salles, a menacé de poursuivre et de punir les fonctionnaires de l’Institut Chico Mendes de conservation de la biodiversité (ICMBio) qui étaient absents à cet événement. Depuis, le ministère de l’Environnement est confronté à une vague de démissions, de mises à pied des cadres dirigeants et à leur remplacement. Et face aux menaces proférées par le ministre Ricardo Salles, le président de l’ICMBio, Adalberto Eberhard, a démissionné. À la suite du départ d’Eberhard, deux directeurs — Luiz Felipe de Luca et Gabriel Henrique — et le président suppléant d’ICMBio — Régis Pinto de Lima — ont démissionné de leurs fonctions le 24 avril.

Le 24 également ont été publiées dans le Journal officiel les démissions de trois cadres du ministère de l’Environnement. Parmi eux, Fernando dos Santos Weber, qui dirigeait depuis janvier 2017 l’unité de l’ICMBio à Lagoa do Peixe de Mostardas, dans le Rio Grande do Sul, Raiane de Melo Viana et Rafael Pereira Pinto, cadres de la zone de protection environnementale Cavernas de Peruaçu, à Minas Gerais.

« Mettre fin au cadre idéologique du secteur dirigé par des ONG et des entités qui s’occupent de l’environnement » 

Le ministre Ricardo Salles n’a pas souhaité commenter les démissions et les mises à pied. Il a remercié sur Twitter les anciens directeurs de l’ICMBio et y a annoncé les noms de leurs remplaçants, tous des officiers de la police militaire de São Paulo : le colonel Fernando Lorencini, le lieutenant-colonel Marcos Simonovic, le major Marcos Aurélio Venâncio et le colonel Marcos José Pereira. Le nom du remplaçant de Fernando Weber n’a pas encore été dévoilé et les rumeurs disent qu’il sera remplacé par quelqu’un du monde de l’agroalimentaire. Quant au président de l’ICMBio, Il a été remplacé par le colonel Homero de Giorge Cerqueira (…)

(…) Lire la suite de l’article sur le site de Reporterre

Imprimer