Brésil. Flávio Bolsonaro, ses liens avec une «milice», la mort de Marielle et le système «mafieux» [Gil Alessi / A l’encontre]
Imprimer

Raimunda Veras Magalhães et Danielle Mendonça da Costa da Nóbrega. Les deux femmes constituent le lien entre le sénateur Flávio et la milice [dans le sens d’une structure de facto politique en lien avec des «acteurs» ex-policiers ou policiers, ou issus du «milieu» au sens criminel] Escritório do Crime [le Bureau du Crime], l’un des plus puissants de Rio. Le groupe est soupçonné d’être impliqué dans l’assassinat de Marielle Franco et d’Anderson Gomes, le 14 mars 2018.

Selon le journal O Globo, Raimunda et Danielle sont respectivement la mère et l’épouse du capitaine Adriano Magalhães da Nóbrega, appelé communément Gordinho [le petit gros], qui est considéré par le Ministère Public de Rio de Janeiro comme l’un des leaders de l’Escritório do Crime. Les deux femmes ont été employées au sein du cabinet de celui qui était à l’époque député au Parlement de l’Etat de Rio [Flavio Bolsonaro], mais le fils du président dit n’avoir aucune responsabilité dans ces nominations.

Adriano, qui est actuellement en fuite, est l’une des cibles de l’Operação Intocáveis [Opération intouchables], menée mardi dernier par un groupe mis conjointement sur pied par la Police civile et le Ministère public. Ont été arrêtées cinq personnes soupçonnées de faire partie de la milice qui agissait dans les quartiers de Rio das Pedras[région de Rio de Janeiro, mais pas reconnue officiellement], de Muzema [l’expansion de type favela fait de Muzema, dans le langage courant et la réalité, la deuxième Rocinha, la favela emblématique].

Au-delà de sa supposée participation à l’assassinat de Marielle et d’Anderson, le groupe est accusé d’extorsion de fonds aux dépens des habitants et des commerçants, d’agiotage, de versement de «pourboires» et d’accaparement de terres. (…)

(…) Lire l’intégralité de l’article… ici

Imprimer