Brésil : menacé de mort, le député gay Jean Wyllys doit fuir à l’étranger (RTBF)
Imprimer

Jean Wyllys, 44 ans, est un député de Rio bien connu des Brésiliens. Homosexuel, il est la voix de la communauté LGBT au Brésil. Député ou plutôt ancien député car, menacé de mort, comme sa famille, il a décidé de renoncer à son 3ème mandat qui devait commencer le 1er février prochain. Il quitte le Brésil, sans préciser sa destination.

Préserver une vie menacée est aussi une stratégie de lutte pour des jours meilleurs. Nous avons fait beaucoup pour le bien commun. Et nous ferons beaucoup plus quand viendront des temps nouveaux, peu importe que nous agissions par d’autres moyens“, a écrit sur Twitter le député du Parti Socialisme et Liberté (PSOL, gauche).

«Préserver une vie menacée est aussi une stratégie de lutte pour des jours meilleurs. Nous avons fait beaucoup pour le bien commun. Et nous ferons beaucoup plus quand viendront des temps nouveaux, peu importe que nous agissions par d’autres moyens», a écrit sur Twitter le député du Parti Socialisme et liberté (PSOL, gauche). Dans un entretien accordé au quotidien Folha de S. Paulo, Jean Wyllys a expliqué que ce n’était “pas l’élection de Bolsonaro en elle-même” qui l’a poussé à renoncer à son troisième mandat consécutif, mais le “niveau de violence qui a augmenté depuis l’élection” de cet ex-capitaine d’armée, qui a bénéficié d’un large soutien de la part des églises évangéliques ultra-conservatrices. Il a notamment cité la multiplication des agressions et des meurtres de membres de la communauté LGBT (…)

(…) Lire la suite sur le site de RTBF

Démission de Jean Wyllys (PSOL) au Brésil : Rester en vie est aussi une stratégie de lutte ! (Communiqué de FAL)

France Amérique Latine tient à exprimer sa solidarité avec le député brésilien Jean Wyllys, du Parti Socialisme et Liberté (PSOL), seul parlementaire ouvertement homosexuel et militant des droits des personnes LGBT, qui a pris la décision de démissionner de son mandat et de quitter le Brésil suite à de nouvelles menaces de mort (…)

Retrouvez le communiqué de France Amérique Latine

Voilà ce que disait Jean Wyllys avant l’élection de Bolsonaro.

Imprimer