Brésil : Les peuples autochtones en résistance (dossier de Autres Brésils/ vidéo Hufftington Post)
Imprimer

Les populations autochtones sont aujourd’hui une minorité dans le continent latino-américain. Les vagues d’extermination massives de la colonisation ont précédées les tentatives d’esclavagisme, puis d’assimilation. Sur les 11 millions d’indien.ne.s estimé.e.s avant l’arrivée des européen.ne.s, ils sont aujourd’hui 900 000 au Brésil. 305 peuples sont reconnus, ce qui représente 0,4% de la population.

Le droit à disposer de leur terre et à avoir le contrôle sur leurs institutions et leurs modes de vie est désormais garanti par la Convention 169 de l’Organisation internationale du travail et la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples indigènes. Le développement de leur identité, culture et langues respectives est reconnu et légitimé par des normes nationales et internationales. Au Brésil, c’est la Constitution de 1988 qui inscrit leurs droits dans la structure normative du pays.

Photo/Eraldo Peres

Pourtant, ces droits sont souvent remis en question par le modèle de développement dominant. Basé sur l’extraction des ressources naturelles, ce modèle bouleverse les équilibres environnementaux et met en péril les référents culturels et symboliques qui fondent leurs modes de vie. De multiples violations de leurs droits sont encore perpétrées par les États et les entreprises.

Les conséquences de l’arrivée de Jair Bolsonaro au pouvoir, président d’extrême droite affichant clairement son mépris pour les indien.ne.s, ont été immédiates.

Le ministère de l’Agriculture s’est vu attribuer le pouvoir d’identifier, délimiter et enregistrer les terres autochtones. L’organisme gouvernemental brésilien chargé de l’élaboration et de l’application des politiques relatives aux peuples autochtones a été transféré aux mains de Damares Alves, pasteure évangélique et ministre des Femmes, de la Famille et des Droits Humains.

Ils ont été parmi les premiers à s’élever contre un gouvernement qui évoque un retour colonial et autoritaire. C’est une longue histoire de résistance qui s’affirme aujourd’hui.

Autres Brésils vous propose une sélection d’articles, d’entretiens, d’analyses et d’événements pour mieux comprendre la place occupée par les peuples autochtones dans la société brésilienne contemporaine et les enjeux en toile de fond de leurs luttes.

Consulter le dossier sur le site de Autres Brésils

Les Indiens manifestent à Brasilia contre l’avis de Bolsonaro (Matthieu Balu / Hufftington Post)

5000 indigènes sont attendus dans la capitale brésilienne, pour que leurs droits ne soient pas oubliés.

Quelque 2000 représentants de tribus indigènes du Brésil ont commencé à s’installer mercredi 24 avril en plein cœur de Brasilia pour leur mobilisation annuelle, bien décidés à faire valoir haut et fort leurs droits face à un gouvernement Bolsonaro ouvertement hostile. Jusqu’à vendredi, ils doivent camper devant les centres emblématiques du pouvoir de la capitale brésilienne, participant à ce “Camp de la terre libre” (“Acampamento Terra Livre”) qui rassemble chaque année plusieurs centaines d’indigènes depuis 2004.

Lire l’article complet sur le site de Hufftington Post

Imprimer