Le Brésil vit la plus grosse marée noire de son histoire et personne n’en parle (Guy Pichard/ Bastamag)
Imprimer

Une mystérieuse marée noire est en train de souiller des dizaines de plages et mangroves du littoral brésilien, et pourrait même atteindre Rio de Janeiro. Dans l’indifférence totale du gouvernement Bolsonaro.

Tout l’été, le Brésil a été sous les feux des projecteurs médiatiques (sans mauvais jeu de mots), la faute aux dérapages verbaux de son Président et de ses ministres au sujet de Brigitte Macron et des gigantesques incendies qui ont ravagé l’Amazonie. Une autre catastrophe environnementale, aux débuts insidieux, a pourtant démarré pendant l’été : une immense marée noire. C’est dans une zone située à environ 700 km des côtes brésiliennes que se trouve l’origine du mazout qui souille actuellement près de 2250 km du littoral brésilien.

« Les résultat des études [1] montrent que cela provient des eaux internationales », explique Yara Schaeffer-Novelli, professeure à l’Université de São Paulo (USP), océanographe, et membre-fondatrice de l’ONG Institut BiomaBrasil. « Le pétrole qui s’échoue a un aspect très ancien, travaillé par la mer. Cela fait de longues semaines qu’il dérive dans l’océan, probablement depuis la fin du mois de juin », ajoute celle qui est l’une des plus importantes spécialistes du Brésil des pollutions par hydrocarbures.

L’hypothèse d’un bateau-poubelle

Les premiers signalements sont venus de touristes fin août, à Conde, une municipalité située dans l’État de Paraíba, au nord-est. Alertées, les autorités locales ont ensuite fait remonter l’information à la Sudena (Surintendance de l’administration de l’environnement du Paraíba), à l’Ibama (Institut brésilien de l’environnement et des ressources naturelles renouvelables) et à la Police fédérale. Depuis ce jour, ce sont plus de 1000 tonnes de mazout qui ont été ramassées sur 201 plages (…)

(…) Lire la suite de l’article ici

Imprimer