Au Brésil, une vidéo de Bolsonaro enchaîne les dérapages (AFP / Huffington Post / Analyse de Autres Brésils)
Imprimer

Cette réunion ministérielle devait rester confidentielle, mais la Cour suprême -dont les juges sont “des connards qui devraient être jetés en prison”, selon la vidéo- en a décidé autrement.

Un juge de la Cour suprême du Brésil a diffusé ce vendredi 22 mai le contenu d’une vidéo d’une réunion au cours de laquelle le président Jair Bolsonaro et ses ministres multiplient les insultes, jurons et dérapages, dans le cadre d’une enquête visant le chef de l’État, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus.

La vidéo officielle de la réunion ministérielle du 22 avril, censée être confidentielle, a été remise par le gouvernement à la justice. Le juge Celso de Mello a décidé de rendre publique cette pièce à conviction clé de l’enquête visant à établir si le président d’extrême droite a tenté d’interférer illégalement dans des enquêtes policières visant certains de ses proches. (…)

(…) Lire la suite de l’article ici

Vidéo du gouvernement Bolsonaro : la paranoïa, la violence, le désespoir. Le gouvernement se referme sur lui-même (Autres Brésils)

Le week-end du 22 mai, le Brésil a assisté stupéfait à la diffusion de la vidéo d’un conseil de ministres tenue un mois plus tôt, le 22 avril, au Palácio do Planalto, siège de la présidence de la République. Cette vidéo, dont la diffusion a été autorisée par le Suprême Tribunal Fédéral, est une pièce à conviction dans l’enquête sur les accusations de l’ancien ministre de la Justice Sergio Moro contre Jair Bolsonaro.

Selon Moro, le président aurait tenté d’interférer dans des enquêtes menées par la Police Fédérale brésilienne afin de protéger des membres de sa famille.

Outre le ton vulgaire et une quantité considérable de gros mots employés par le président brésilien, Jair Bolsonaro, et ses ministres, la vidéo choque par le ton et le contenu des propos tenus par des représentant.e.s de l’État brésilien.

Elle rend publiques des menaces de ministres au pouvoir judiciaire, aux gouverneurs et aux maires, décrits alors comme « des bandits » et dévoile les intentions anti-écologiques du ministre de l’environnement qui veut profiter de l’inattention générale pour accélérer les plans de déréglementation environnementale et ainsi avancer dans l’empoisonnement des sols et dans l’accaparement de terres protégées.

La vidéo révèle enfin des conflits vis-à-vis de la politique économique à mener pour faire face à la pandémie. D’un côté nous trouvons le plan de relance économique annoncé par le Ministre Général Braga Netto qui prône une réédition de la modernisation conservatrice des années de plomb de la dernière dictature civile-militaire (1964-1985) avec des investissements massifs de la part de l’État. À l’opposé, les pulsions ultra-libérales du Ministre de l’économie Paulo Guedes ne veulent que privatisations, crédits pour les grandes entreprises et « plus de marché » (…)

(…) Lire la suite de l’article ici

Imprimer