Cinq ans après, le Mexique attend toujours des réponses sur la disparition des 43 étudiants (Romain Houeix/ France 24)
Imprimer

Cinq ans après la disparition de 43 étudiants dans le sud du Mexique, les familles des victimes attendent toujours la vérité et que les responsables soient punis. Le parquet général a promis de reprendre l’enquête à zéro.

Cinq années se sont écoulées depuis cette nuit du 26 au 27 septembre 2014 où ont disparu 43 étudiants de l’école de formation des maîtres d’Ayotzinapa, à Iguala, dans le Guerrero (sud du Mexique). Cinq ans durant lesquels les autorités n’ont jamais donné de version convaincante aux proches des victimes, ni puni les responsables. Le gouvernement d’Andrés Manuel Lopez Obrador – surnommé Amlo – et le nouveau parquet indépendant ont promis une reprise de l’enquête.

Lors de la nuit fatidique, plusieurs dizaines d’étudiants de l’école normale d’Ayotzinapa s’étaient rendus jusqu’à Iguala pour réquisitionner des autobus afin d’aller à Mexico, où ils souhaitaient participer à une manifestation. Arrêtés par la police, 43 jeunes ont ensuite disparu et n’ont jamais été retrouvés, une affaire qui a bouleversé la société mexicaine et suscité des critiques répétées à l’encontre du gouvernement du président de l’époque, le conservateur Enrique Peña Nieto (2012-2018).

L’enquête a notamment été entachée de nombreuses accusations d’incompétence, voire de corruption. Plus de 75 personnes arrêtées dans le cadre de cette affaire ont été relâchées, en raison d’erreurs de procédures commises par les enquêteurs, en particulier le recours à la torture pour obtenir des aveux. L’un des principaux suspects, Gildardo Lopez Astudillo, arrêté en 2015, et soupçonné d’être un des principaux responsables de l’enlèvement et du massacre présumé des étudiants, a été relâché début septembre (…)

(…) Lire la suite de l’article

Imprimer