Colombie: manifestations et concerts de casseroles contre le président Duque (l’Obs avec AFP)
Imprimer

Bogotá (AFP) – Des centaines de milliers de Colombiens sont descendus dans la rue jeudi, lors de manifestations d’une ampleur inédite contre le président Ivan Duque, très impopulaire après moins de 18 mois au pouvoir.

À la grève et aux marches, convoquées par des syndicats de travailleurs, se sont joints les étudiants, les indigènes, des organisations de défense de l’environnement et d’opposition, dénonçant les politiques du gouvernement de droite. “La Colombie a gagné en cette journée historique de mobilisation citoyenne”, a estimé dans un communiqué le Comité national de grève, regroupant les organisateurs, qui ont sollicité une réunion “immédiate” avec M. Duque et appelé “les citoyens à se tenir prêts à mener de nouvelles actions dans la rue si le gouvernement persiste dans son indifférence face aux revendications”.

Dans la soirée, le président a affirmé avoir entendu les manifestants, mais n’a pas répondu à la requête de dialogue direct. “Aujourd’hui, les Colombiens ont parlé. Nous les entendons. Le dialogue social a été la bannière principale de ce gouvernement. Nous devons l’approfondir avec tous les secteurs de cette société”, a-t-il déclaré.

Concerts de casseroles inédits

Cette mobilisation intervient dans un climat agité en Amérique latine, avec des crises socio-politiques, sans dénominateur commun, déclenchées en Équateur, puis au Chili et en Bolivie.

La journée, globalement pacifique, s’est achevée par des incidents violents et des concerts de casseroles, du jamais vu en Colombie. Les organisations à l’origine du mouvement ont indiqué à l’AFP que plus d’un million de personnes avaient défilé dans le pays. La ministre de l’Intérieur, Nancy Patricia Gutierrez, a pour sa part fait état de plus de 200.000 manifestants, ajoutant qu'”en termes généraux les participants ont marché de manière pacifique”, mais dénonçant “quelques vandales qui veulent altérer l’ordre public”.

Au moins 57 civils et 70 policiers ont été blessés au cours d’affrontements, et 43 personnes arrêtées dans tout le pays, selon le nouveau bilan annoncé en fin de soirée par le ministre de la Défense Carlos Holmes. Un fort “cacerolazo” ou concert de casseroles, convoqué via les réseaux sociaux, a clos la journée pour dénoncer des violences de policiers anti-émeute. A Bogotá il a duré plus de deux heures (…)

Lire la suite de l’article ici

Imprimer