La grande conspiration des Femmes du Mouvement des Sans Terre du Brésil, Brasilia, 5-9 mars (récit par Monique Piot Murga)
Imprimer

Monique Piot Murga, représentante de France Amérique latine, membre du Comité des Amis des Sans Terre du Brésil et des Amis de la Conf’ de la Drôme a participé à la Première Rencontre des Femmes du Mouvement des Sans Terre du 5 au 9 mars 2020 à Brasilia. Elle nous fait partager son expérience.

5h du matin : dans le centre silencieux de Porto Alegre, quatre bus sont alignés le long du trottoir…

  • Rosa, tu as bien mis les gamelles dans le bus numéro deux ?
  • Oui, elles y sont toutes, n’oublie pas de mettre mon sac à dos dans le bus !

Rosa et Diana font partie des plus de deux cents femmes qui partent dans cette aube fraîche pour Brasilia, un voyage en bus de plus de trente-six heures !

Première Rencontre des Femmes du Mouvement des Sans Terre : deux ans de préparation

Elles sont déléguées de leur État pour participer à la Première Rencontre des Femmes du Mouvement des Sans Terre, qui, après deux ans de préparation, va se réunir du 5 au 9 mars 2020 dans la capitale fédérale.

Elles viennent toutes les deux, avec une vingtaine d’autres, d’un « assentamento » (installation de la Réforme agraire), situé à une trentaine de kilomètres de là. Un assentamento qui produit du riz biologique, du lait et du porc. Elles ont apporté avec elles une demi-tonne de riz, produit par leur coopérative, pour l’alimentation des trois mille cinq cents participantes. Et aussi du matériel de cuisine, les grosses marmites qui dans l’assentamento servent lors des fêtes.

Car toute l’organisation et la logistique est partagée entre les groupes de femmes des différentes régions.

5 h 30: tout le matériel a été chargé, les voyageuses sont installées dans les bus et la caravane s’ébranle pour un voyage qui va durer un jour, une nuit et un deuxième jour !

La délégation internationale

À quatre-vingts kms de São Paulo, pendant ce temps, je suis, avec la délégation internationale, accueillie à l’École nationale Florestan Fernades du MST. Nous avons été reçues par Fernando, Gloria et Ana, membres du secteur international du Mouvement. Nous sommes deux de France, les autres femmes viennent d’Espagne, de Suède, des États Unis, du Canada, de Porto Rico. Nous serons rejointes plus tard par des déléguées d’Argentine, Chili, Uruguay, Venezuela, Équateur. Le Centre de formation Florestan Fernandes est un des fleurons du MST, qui a mis la formation en priorité depuis sa création il y a trente-six ans. Cette école nationale existe depuis quinze ans et a une vocation internationale de formation des cadres des mouvements sociaux. Quelques sessions de formation pour nous présenter l’histoire du MST, son organisation et nous nous préparons à notre tour pour le voyage à Brasilia.

Nous nous répartissons le travail : préparer et charger le matériel de cuisine, les stocks alimentaires, préparer le matériel culturel – banderoles, micros, sonos, haut-parleurs – charger les matelas. Et des couvertures pour celles qui ont oublié leur sac de couchage ! Chacune a ce qu’on appelle ici son « kit militant », dont on ne se sépare jamais : un sac de couchage, une assiette ou gamelle, des couverts et un verre.

On partage le bus avec les femmes de l’École de formation et à 21h, le bus s’ébranle à son tour pour un voyage d’environ quinze ou seize heures. Le début du voyage est festif, chansons et boissons, puis très vite, le silence se fait et tout le monde se repose.

À 7h30 du matin, pause d’une heure pour se détendre et se restaurer, puis le bus repart, une distribution de sandwichs dans le bus et nous approchons de Brasilia, que nous atteignons vers 14h30. Le site de la rencontre est animé comme une ruche, les bus arrivent de tout le pays et tout le monde aide pour décharger.

La Rencontre a lieu dans une immense halle d’expositions, séparée en deux, d’un côté l’hébergement, et de l’autre côté les espaces de jour. Au fond, trois cuisines régionales – Amazonie, Nordeste, Sud et Sud-est – chacune devant être capable de servir un peu plus de 1000 personnes par repas.

Pour qu’il n’y ait pas des dizaines de femmes empêchées de suivre la Rencontre pour cause de cuisine, ce sont des hommes volontaires du Mouvement qui s’occupent de toute l’intendance alimentaire: gestion des stocks, préparation des repas, service et vaisselle des cuisines.

Et bien sûr, dans un coin un peu plus calme, un jardin d’enfants a été mis en place, certaines mamans ne pouvant pas laisser leur jeune enfant à la famille.

Au milieu, un immense espace pour les séances plénières, avec une grande scène.

Le jeudi soir, c’est la soirée d’ouverture de la Rencontre.

« Je peux affirmer qu’être une femme sans terre, c’est être une femme libérée, émancipée, courageuse. Et c’est aussi être une femme qui pleure, qui souffre pour elle-même et pour l’autre. Le MST m’a fait femme, m’a fait un être harmonieux, qui a la fierté de vivre. Tout cela et un peu plus, c’est ce qui chaque jour me renforce pour continuer debout et convaincue que nous sommes du bon côté de l’Histoire ».

C’est avec ces mots de Messeline, paysanne de l’assentamento dans l’Etat du Pernambuco que s’est ouvert la première Rencontre des Femmes du MST ce jeudi 5 avril.

Préparée depuis deux ans à la base du Mouvement, la Rencontre regroupe 3 500 participantes, venues de 24 États du Brésil et des délégations internationales de 13 pays.

Ce résultat est une grande fierté pour le secteur Genre du Mouvement.  Si elles ont réussi ce qui représente un exploit, dans les conditions actuelles, c’est bien grâce à la construction historique que le MST dans son ensemble a mis en œuvre autour des questions de la participation des femmes, de l’égalité de genre, de la possibilité de construire des actions d’égalité. C’est le résultat et le mérite de toute la lutte sociale égalitaire que le MST a mis en œuvre au long de son histoire, mais cela ne s’est pas fait tout seul, les femmes ont dû batailler !

Au programme durant trois jours, débats et réflexions sur : production agroécologique, production d’aliments sains, confrontation à la violence, autonomie économique, résistance des femmes dans les territoires, en reprenant les résultats des débats et formations réalisées pendant deux ans à la base du MST, dans tous les campements et assentamentos (installations de la Réforme Agraire) des vingt-quatre États du pays.

« Femmes en lutte : semant la Résistance » : analyse de l’offensive du Capital et les conséquences sur les femmes.

C’est le thème de la plénière du vendredi matin. Atiliana, coordinatrice du Secteur Genre du MST introduit : « L’objectif politique est de faire une lecture de la conjoncture dans une perspective féministe et de la classe travailleuse, de construire l’unité et renforcer la réflexion sur qui nous sommes, en tant que femmes sans terre et en tant que classe travailleuse, afin de réussir à affronter, ensemble, ce gouvernement misogyne, qui attise particulièrement la violence contre les femmes. »

« Nous avons, depuis l’Amazonie jusqu’au Sud du pays, nos expériences de résistance et naturellement, durant ces journées, nous aurons à faire un important diagnostic et aussi une projection, sur comment les femmes participent et vont participer de plus en plus à la lutte », indique Kelly Mafort, membre de la coordination nationale du MST. Elle explique aussi que la Rencontre doit servir pour orienter les mouvements sociaux sur la question du genre.

Kelly Mafort souligne que cette Rencontre a lieu à un moment stratégique où le gouvernement Bolsonaro attaque l’ensemble des politiques de Réforme Agraire, notamment en direction des femmes. Un des objectifs est donc de définir une perspective à moyen terme pour organiser la lutte politique dans le pays.

« La conjoncture exige une action de radicalisation pour qu’on puisse affronter et vaincre ce projet néfaste qui est au pouvoir. Cette lutte radicale, elle doit venir de ceux et celles qui lutte pour la terre, pour leurs droits, mais aussi pour la vie. Et quand on parle de lutte des femmes, on parle de lutte d’êtres humains qui luttent pour se maintenir en vie. On parle donc de situations extrêmes de violence, de féminicides, qui sont encore plus importants pour les femmes du monde rural, pour les femmes noires », explique Kelly Monfort.

« La Terre publique appartient au peuple brésilien, elle ne peut être vendue, ni négociée »

Une des dénonciations importantes de cette Rencontre est la Mesure provisoire MP910, qui a prévu de « légaliser » d’ici à 2022, près de 600 000 exploitations de terres publiques. Le MST estime que ces terres vont être appropriées par des grands propriétaires ruraux. « La Terre publique appartient au peuple brésilien et ne peut être ni négociée, ni vendue, elle doit être distribuée pour la Réforme Agraire, conformément à la Constitution brésilienne. Cette mesure va privilégier les propriétaires criminels qui usurpent les terres, augmentent la déforestation et la pression sur les peuples qui vivent dans les territoires de ce pays », développe Kelly Mafort.

« Supprimer le programme Prorena d’Education rurale est un crime social »

Un autre point important de son intervention concerne le décret de février 2020 qui invalide la poursuite du Programme National de l’Éducation de la Réforme Agraire (Prorena). Ce programme, mis en place en 2000, a permis à 192 000 jeunes et adolescents d’accéder à l’éducation depuis l’école primaire jusqu’au supérieur.

Grâce à des financements spéciaux pour le monde rural, son bilan est important : organisation des écoles rurales dans les villages et dans les assentamentos,  financement des Instituts d’agro-écologie à la campagne, partenariats avec les Universités pour construire des programmes d’études spécifiques pour les étudiants issus du MST et de ses territoires.

Le maintien du Pronera est une question de justice sociale, car c’est dans le monde rural qu’existe la plus grande inégalité sociale et c’est aussi parmi la population paysanne qu’il y a le plus faible taux de scolarisation.

Supprimer ce programme est considéré par le MST comme un crime social, au même titre que la réforme de la « Bourse Familiale », l’équivalent de nos Allocations familiales.

 « Féminisme Paysan Populaire », son processus historique et les perspectives pour la prochaine période.

« Le féminisme, comme mouvement politique, doit être lié à un projet d’émancipation humaine, c’est une pratique politique. C’est pourquoi nous sommes toutes féministes » C’est avec ces paroles qu’Itelvina Massioli, de la coordination nationale du MST, a introduit la plénière du samedi matin.

L’identité du Féminisme paysan populaire naît de la relation profonde que les paysannes entretiennent avec la terre et la souveraineté alimentaire. Et son caractère populaire vient de son lien avec une perspective de classe et de lutte de classes. « La construction et l’audace de ce concept est fortement lié aux luttes de résistance des femmes paysannes, dans un contexte d’affrontement au capitalisme colonial et extractiviste qui depuis des siècles pille nos terres, nos territoires et les richesses naturelles » explique Itelvina.

Pendant longtemps, à cause de la diabolisation du mouvement féministe de la part des sociétés partriarcales et machistes, la paysannerie n’a pas reconnu comme féministe la lutte pour la terre, la souveraineté alimentaire et l’agroécologie. C’était présenté comme une lutte portée essentiellement par les hommes. Et parallèlement, la lutte pour le droit à la terre pour les femmes, pour la production d’aliments, pour la défense et la récupération des semences, les luttes contre la violence, n’étaient ni visibles, ni identifiées comme des luttes féministes.

Les femmes du MST, par les luttes concrètes, les processus de formation, de participation politique dans le Mouvement, ont conquis avec l’ensemble des membres du MST, les droits à l’éducation, à la parité à tous les niveaux de responsabilité, des mesures collectives contre les violences, le partage des responsabilités dans la gestion de l’exploitation, leur droit à signer les documents officiels pour l’attribution de la terre, des crédits, dans les décisions de cultures.

Collectivement, elles ont une place fondamentale dans la production des aliments quotidiens, dans la lutte contre la faim et dans la subsistance des familles, comme toutes les paysannes du monde.

Elles ont développé le secteur de la production par des projets collectifs, particulièrement dans le domaine de la récupération des semences et des plantes médicinales. Elles assurent la transformation et la vente des plantes médicinales, précieuses pour le secteur Santé du MST.

« Socialement égales, humainement différentes et totalement libres ! » (Rosa Luxembourg)

Ces luttes concrètes s’insèrent dans la lutte sociale globale pour la fin de la propriété privée de la terre, contre les transnationales et l’agro-négoce, contre les OGM et les agrotoxiques, et contre toute forme d’exploitation des êtres humains et de la nature. Cette conception du féminisme part de l’analyse que les paysannes sont à l’intérieur d’une société de classes et que l’origine de l’exploitation des femmes, de leur domination et de l’oppression dont elles sont victimes vient de la société capitaliste avec ses piliers que sont le colonialisme, le patriarcat et le racisme. Donc, cette conception du féminisme lutte contre ce modèle.

Le Mouvement dans son ensemble a renforcé l’idée que le Féminisme paysan populaire, avec ses luttes pour la défense de la vie, des biens naturels, des semences paysannes, pour le droit égalitaire à la terre, pour des salaires justes et égaux, a permis de donner de la visibilité aux luttes des femmes comme sujets de transformation sociale, dans l’unité et la solidarité avec les autres secteurs.

Itelvina a conclu son intervention avec une citation de Rosa Luxembourg : « Nous devons lutter pour un monde où nous soyons socialement égales, humainement différentes et totalement libres ! »

Je suis sortie de cette plénière convaincue et très passionnée par cette approche multi-facette du féminisme au MST. Alors qu’en France, on sépare les luttes écologiques, les luttes pour les droits des travailleuses dans les syndicats et les luttes pour les droits de la personne dans les mouvements féministes, les femmes du MST ont réussi à remettre ensemble tout ça et à montrer en quoi toutes ces facettes sont imbriquées et doivent être conçues comme un tout.

Après une intervention sur la place des femmes dans la lutte pour la Réforme Agraire Populaire, l’après midi a été consacré à des ateliers multiples et diversifiés d’échanges de savoirs: échange de semences, sérigraphie, prendre soin de soi, massages et relaxation, potager et autonomie économique des femmes, production agroécologique et renforcement de la force des femmes, comment inclure les hommes dans le travail sur l’égalité de genre, en sont quelques exemples auxquels la délégation internationale a pu participer.

Et toujours dans les assemblées, les interventions se terminent par des slogans repris en cœur par la salle qui se lève « comme une seule femme » ! : « Femmes en lutte, Semant la résistance ! », « Sans féminisme, il n’y a pas de socialisme ! ».

Une des choses qui m’a le plus frappée, c’est le très grand engagement des femmes les plus âgées, celles qui font partie du MST depuis plusieurs décennies et ont affronté toutes les épreuves. Elles ont une détermination inébranlable, un des slogans en rend compte : « Ils veulent nous expulser ? jamais nous ne partirons ! »

Outre l’espace des assemblées plénières, un espace était consacré à un marché des produits agricoles, artisanaux et de santé, provenant des collectifs de femmes.

La culture était aussi à l’honneur dans l’événement : une exposition de photos a retracé l’histoire des luttes des femmes du Mouvement depuis trente-six ans et une autre présentait les lettres des compagnes qui n’ont pas pu venir et qui exprimaient ce que l’appartenance au MST avait permis de changer dans leur vie.

Le vendredi soir, une grande soirée culturelle a permis de montrer toutes les richesses culturelles des différentes régions du Brésil, chants, orchestres, danses traditionnelles, le spectacle était riche et haut en couleurs et entièrement réalisé par des artistes féminines.

« Le Brésil tout entier doit être reconnaissant envers les femmes du MST pour leur force et leur courage ! » Dilma Roussef

La soirée politique du samedi soir a été un moment fort permettant l’expression des appuis de la société civile et des forces politiques, religieuses, syndicales aux femmes du MST. Notre délégation internationale a eu l’honneur d’apporter un message de solidarité internationale au nom de toutes les organisations présentes. La présidente du Parti des Travailleurs, Gleisi Hoffmann, a apporté un salut chaleureux à l’assemblée et a souligné la solidarité avec les femmes du Venezuela, dont une représentante de l’ambassade était présente. Dilma Roussef, a clôturé la soirée par une intervention forte : « Le Brésil tout entier doit être reconnaissant envers les femmes du MST pour leur force et leur courage ».

Le dimanche, nous nous sommes toutes rendues à la marche du 8 mars dans les rues de Brasilia, nous joignant aux organisations féministes du district fédéral. Quelques slogans sur les banderoles : « Nous sommes les petites filles des sorcières que vous n’avez pas brûlées ! », « Sans féminisme, il n’y a pas de socialisme : »

La Conspiration des Femmes

Les femmes du MST, depuis 2005, ont changé leur mode d’action pour le 8 mars. Auparavant, ce jour était l’occasion d’organiser des formations pour les femmes sur leurs droits et les luttes. A partir de 2005, le secteur genre du MST a décidé d’organiser des « actions-choc » contre des symboles de ce contre quoi lutte le Mouvement. L’année dernière, elles ont occupé le siège de Nestlé, en protestation contre l’accaparement de l’immense réserve d’eau douce Guarani, que Nestlé est en train d’acheter. Cette année, dans le plus grand secret – c’est la « conspiration des femmes » – elles ont préparé l’occupation du Ministère de l’Éducation, pour protester contre la suppression du Programme d’Éducation rurale, qui a eu lieu le lundi 9 avril. Pour des raisons de sécurité, notre délégation n’a pas été autorisée à les accompagner !

Beaucoup d’émotions, de rires, d’embrassades, qu’il est difficile de retranscrire ! Pour ma part, j’ai eu l’immense plaisir de retrouver toutes les compagnes du MST que nous avons accueillies en France tout eu long de dizaines d’années !Cela a été un grand moment de réflexion, d’étude, de renforcement de nos liens féministes, de rechargement de nos énergies pour la prochaine période de résistance active, chacune sur son terrain d’action ! Une grande conspiration de sorcières !

Texte et photos: Monique Piot Murga (Bureau National de FAL)

Imprimer