Féminicide politique : les étranges liens du clan Bolsonaro avec le meurtre de Marielle Franco (Guy Pichard/ Basta)
Imprimer

Son visage et son nom sont devenus symboles de lutte au Brésil. Sociologue et femme politique, issue d’une favela, noire et lesbienne, Marielle Franco a été assassinée il y a deux ans, le 14 mars 2018. Les enquêteurs recherchent encore les commanditaires du meurtre. L’une des pistes s’arrête à l’entrée de la résidence où habitent le président Jair Bolsonaro et ses fils.

Dimanche 16 février 2020. Stade du Maracaña, à Rio de Janeiro. L’équipe de Flamengo, championne en titre du Brésil et d’Amérique du Sud, dispute un match de football. Le Président Bolsonaro et quelques-uns de ses ministres sont présents. Le dirigeant d’extrême-droite est affublé du maillot de sa récente équipe de cœur. Cet événement qu’il voulait triomphal vire alors au couac de communication quand montent des tribunes populaires huées et sifflements d’une partie de la foule, scandant « fora Bolsonaro » (« Dehors Bolsonaro »).

Une large banderole est déployée : elle représente le visage de Marielle Franco avec la question : « Combien d’autres devront mourir pour que cette terre se réveille ? ». Pour certains des supporters mais aussi bon nombre de Brésiliens, la connivence des Bolsonaro père et fils avec les assassins de la députée de Rio ne fait aucun doute. Comment le président de la plus grande démocratie d’Amérique du Sud en est arrivé là ?

Un meurtre planifié pendant des mois

Le 14 mars 2018, c’était un soir d’automne brésilien comme un autre pour la conseillère municipale du Parti socialisme et liberté (PSOL, gauche), âgée de 38 ans. Après une réunion sur le féminisme noir, Marielle Franco reprend le chemin de son domicile vers 21h30, accompagnée d’Anderson Gomes, son chauffeur. Dans la pénombre, plus d’une dizaine de coups de feu claquent en direction du véhicule aux vitres teintées. La jeune femme reçoit quatre balles de 9 millimètres dans la tête, et décède, tout comme son chauffeur, sur le coup. L’opération est aussi organisée que chirurgicale. Rien n’est dérobé : c’est clairement une exécution qui porte le sceau de professionnels du crime. Selon l’enquête, elle a été planifiée en détails pendant près de trois mois.

Pourquoi assassiner Marielle Franco ? Outre son activisme en faveur des femmes, de la cause LGBT, des noirs et des habitants des favelas, Marielle Franco s’en prenait aussi régulièrement à la police de la ville, dont la violence a peu d’équivalent dans le monde. La police de Rio de Janeiro a tué plus de 1810 personnes en 2019, soit cinq morts chaque jour ! « Marielle Franco incarnait les combats des lesbiennes et gays, des pauvres et des favelas », nous résume Renata Souza, députée PSOL de l’État de Rio de Janeiro et ancienne collègue de Marielle. « Cette femme se situait dans le profil des personnes “potentiellement susceptibles d’être assassinés” au Brésil. Dans notre pays, sept homicides sur du dix touchent de jeunes noirs issus des favelas », continue celle qui est originaire du même quartier que la victime : le Complexo da Maré, conglomérat de favelas au nord de la ville de Rio de Janeiro.

C’est au bout d’un an que l’enquête – toujours en cours – pointe enfin la responsabilité des milices dans le meurtre de Marielle Franco. Ces groupes paramilitaires illégaux, composés de policiers ou d’anciens policiers, sont les héritiers des escadrons de la mort datant de la dictature militaire. Ils sévissent particulièrement à Rio de Janeiro et sont connus pour leurs exactions criminelles. La famille Bolsonaro entretient des liens très particuliers avec certaines d’entre elles, à tel point qu’elle est surnommée par certains Brésiliens la « familice »…

Les tueurs passés par le complexe résidentiel de Bolsonaro

Durant ces deux ans d’enquête, de nombreuses pistes ont convergé vers l’entourage de Bolsonaro. Fait à peine croyable tout d’abord : la résidence personnelle du président à Rio de Janeiro est localisée dans un condomínio (petit quartier résidentiel fermé) d’où est partie la voiture impliquée dans les meurtres. Deux suspects – se trouvant actuellement derrière les barreaux – se trouvaient dans le véhicule. Ce sont des ex-policiers militaires : Ronnie Lessa, le tireur présumé, et Elcio de Queiroz, le chauffeur. Tous deux sont membres d’une entité de la milice de Rio de Janeiro cyniquement baptisée Bureau du crime (Escritório do crime).

Le 15 mars 2018, les cercueils de Marielle Franco et d’Anderson Gomes à la sortie du parlement de Rio. © Guy Pichard.

Le premier, auteur des 13 coups de feu lors du double meurtre, était même voisin du président, habitant au numéro 65 et Bolsonaro au 58… Détail d’ordre privé, sa fille a été la petite-amie de Jair Renán, dernier des fils Bolsonaro. Le second, Elcio de Queiroz, qui apparaît notamment sur des selfies aux côtés du président, s’est rendu dans l’ensemble d’habitations pour rejoindre le premier suspect le jour même de l’assassinat. Ils sont ensuite partis ensemble exécuter leur crime. Selon le registre du condominio, Elcio de Queiroz voulait même initialement se rendre chez Jair Bolsonaro, absent ce jour-là.

Le concierge qui a annoté ce détail plus que troublant est cependant depuis revenu sur ses déclarations, prétextant une erreur de sa part après l’onde de choc médiatique… Après la diffusion de l’information sur la chaîne TV Globo, le président lui-même avait réagi, dans une longue vidéo en direct, à 3h50 heure locale dans son style qui lui est propre : « Merde ! (…) Putain ! (…) Pourritures ! Enfoirés sans scrupule ! (…) C’est une vraie saloperie, une saloperie ! » Hors de lui, Jair Bolsonaro a insulté copieusement les journalistes, allant même jusqu’à annoncer la disparition future de la chaîne : « Vous êtes des ordures, TV Globo, des ordures ! Des canailles !  » (…)

(…) Lire la suite ici

Imprimer