France Amérique Latine exige de la transparence et de la sécurité pour les élections présidentielles en Colombie !
Imprimer

Le 27 mai prochain, la Colombie élira le successeur du président Juan Manuel Santos. Le Président élu aura la charge de mener à bien les accords de paix signés avec les FARC et de poursuivre les négociations en cours avec l’ELN.

France Amérique Latine observe avec grande inquiétude les derniers développements de la campagne électorale.

À ce titre, notre association exige du gouvernement colombien qu’il fournisse toutes les garanties requises au bon déroulement de ce processus.

Nous rejetons le climat de violence et d’intimidation vécu par certains candidats : attentats manqués, attaque contre des sièges de campagne, scandaleuses révélations sur le recrutement d’un mercenaire pour réaliser l’assassinat de candidats présidentiels de gauche.

Nous dénonçons :

  • les irrégularités qui se dessinent et sèment le doute sur la transparence et l’égalité des chances des candidats, alors que ces élections présidentielles sont historiques.
  • les graves anomalies qui ont eu lieu durant la consultation inter-partis menée durant les précédentes législatives du 11 mars 2018. À cette occasion, la quantité insuffisante de bulletins à disposition avait empêché de nombreux électeurs d’exprimer librement leurs préférences.
  • les actions délibérées de fonctionnaires de l’autorité électorale qui, au mépris des décisions du candidat du parti La Colombia Humana, ont transformé l’identité visuelle de son bulletin, afin de générer une confusion auprès de ses électeurs.
  • les nombreuses opérations de fraudes en cours de préparation, qui favorisent le doute et la méfiance quant à la transparence des bulletins.

Nous demandons une fois encore aux autorités colombiennes qu’elles fournissent des preuves d’impartialité. Elles doivent respecter pleinement leur mandat constitutionnel pour assurer les garanties et les protections dues à tout candidats à la présidence de la république.

La Colombie ne peut continuer de nourrir la liste macabre des assassinats de candidats aux présidentielles.

Nous invitons le Président Juan Manuel Santos à faciliter la présence d’observateurs internationaux indépendants comme gage de transparence, nous invitons la communauté internationale à la vigilance et nous accompagnons les colombiens vers le chemin des urnes.

France Amérique Latine,

Paris, 15 mai 2018.

Imprimer