La mystérieuse mort de Pablo Neruda (interview de Franck Gaudichaud par Fabrice Drouelle/ France Inter)
Imprimer

Et s’il avait été assassiné ? Pablo Neruda, le plus grand poète chilien, le communiste militant, l’ami fidèle de Salvador Allende. 

Il est mort le 23 septembre 1973, douze jours seulement après le coup d’Etat de Pinochet. Le Prix Nobel de Littérature devait alors s’envoler pour le Mexique, en exil – et devenir la voix de la résistance chilienne. Aurait-on voulu le faire taire ? À peine mis en bière, la rumeur de son assassinat court dans les rues d’un Chili foudroyé par la dictature militaire : la mort du poète se transforme en mythe, le défunt en martyre.

Mais ses proches, à commencer par sa veuve Matilde Urrutia, n’en feront jamais état : le poète souffrait d’un cancer de la prostate et, à 69 ans, son décès semblait naturel. 

Depuis 40 ans pourtant, son ancien chauffeur et confident, Manuel Araya, ne cesse de dénoncer ce qu’il appelle « un crime » – un crime organisé, planifié au plus haut de l’Etat, exécuté en tout impunité. 

En 2011, une enquête officielle est ouverte et charrie avec elle son lot d’éléments troublants et d’interminables expertises – toujours en cours. Le soupçon, lui, demeure… Et si Pablo Neruda avait été assassiné ?

Invité Franck Gaudichaud

Franck Gaudichaud est politologue, spécialiste du Chili et des mouvements sociaux en Amérique latine. Il enseigne à l’Université Toulouse- 2. Il est membre du collectif éditorial du site www.rebelion.org et de la revue ContreTemps (www.contretemps.eu). Co-président de l’association France Amérique Latine (www.franceameriquelatine.org). Auteur de nombreux ouvrages, il a fait paraître en 2013 aux Presses universitaires de Rennes PUR “Chili 1970-1973, Mille jours qui ébranlèrent le monde”

Pour écouter le podcast, c’est par ici!

 

Imprimer