L’ouragan Irma à Cuba
Imprimer

Cuba : Irma a fait au moins 10 victimes et des dégâts énormes

Rue de la Havane après le passage de l’ouragan Irma

Le passage de l’ouragan Irma aurait fait 10 morts dans les provinces cubaines, a déclaré Cubadebate hier, en s’appuyant sur un bulletin émis par la Défense civile cubaine.
« Après le passage du dangereux ouragan Irma sur le territoire national, la perte de dix vies humaines dans les territoires de La Havane, Matanzas, Camagüey et Ciego de Ávila, a été signalée », a annoncé la défense civile dans un communiqué.
Sept décès ont été enregistrés à La Havane, trois personnes ont péri dans les provinces de Matanzas (ouest), Ciego de Avila (centre) et Camagüey (est). La majorité des victimes sont mortes suite à l’effondrement d’édifices.

La toute puissante tempête « Irma » est devenue le troisième ouragan qui a causé le plus de morts à Cuba parmi ceux qui ont frappé l’île au cours du siècle (l’ouragan Dennis, qui a touché l’île en juillet 2005 a laissé 17 morts et Sandy, lors de son passage en octobre 2012 a fait 11 victimes). Le président Raúl Castro a reconnu lundi que « ces derniers jours » ont été durs pour Cuba et sa population.
« (Irma) a causé de graves dommages au pays de sorte qu’ils n’ont pas encore été quantifiés. Un rapport préliminaire témoigne de dégâts sur les habitations, sur le système électro-énergétique et l’agriculture ou encore dans le secteur touristique », a déclaré Castro dans un texte publié dans le journal officiel Granma.

Pour lire la suite et voir des vidéos:
http://www.actulatino.com/2017/09/12/cuba-l-ouragan-irma-a-fait-au-moins-10-victimes-et-des-degats-enormes/

Comment Cuba parvient à résister à des ouragans majeurs

L’archipel, particulièrement touché par les cyclones, a mis en place un programme national d’évacuations très efficace. Mais il peine à reconstruire durablement.  « L’eau est entrée dans la ville brusquement, jusqu’à 400 à 500 mètres de la mer. C’était très impressionnant, de même que la force des vents. » Gustavo Andujar Robles, directeur du centre culturel Padre-Félix-Varela de l’archevêché de La Havane, a assisté, impuissant, au déferlement de l’ouragan Irma, qui a heurté de plein fouet la côte nord de Cuba, samedi 9 et dimanche 10 septembre, quand tous les regards étaient tournés vers la Floride.

Ce cyclone hors norme était alors classé en catégorie 5, soit le niveau maximal de l’échelle de Saffir-Simpson. Des vents culminant à 250 km/h et des pluies torrentielles se sont abattus sur le littoral et le centre de l’île, faisant 10 morts et des dégâts matériels considérables dans de nombreuses provinces et dans la capitale. « Il y a partout des arbres à terre, des gravats et le système électrique est encore en grande partie détruit », témoigne Gustavo Andujar Robles.

Irma est le plus puissant ouragan dont l’œil ait touché directement Cuba depuis 1932. « Au-delà de la force exceptionnelle de ce cyclone, sa trajectoire, qui a longé toute l’île, était très rare, explique Jean-Noël Degrace, météorologue de Météo France basé en Martinique. Les autres ouragans traversaient le plus souvent Cuba et donc perdaient en intensité. Cette fois, en restant à la limite des terres et des eaux chaudes, Irma s’est continuellement rechargé. »

Pour lire la suite
http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/09/13/comment-cuba-parvient-a-resister-a-des-ouragans-majeurs_5185001_3244.html

 

Imprimer