Réunion publique de défense de la démocratie au Venezuela
Imprimer

A l’appel de différentes organisations de solidarité, à la veille des élections du 3 décembre :

Vendredi 1er décembre à partir de 19 heures

Appel à l’opinion publique française Le 3 décembre prochain, le peuple vénézuélien élira à nouveau démocratiquement son président. Depuis huit ans, à chaque élection, les citoyens ont majoritairement accordé leurs suffrages à un gouvernement qui a toujours respecté l’indépendance du Pouvoir électoral et de son représentant, le Conseil National Electoral.

Celui-ci est un des cinq pouvoirs reconnus par la Constitution de 1999, qui lui confère la responsabilité d’organiser des élections libres et sincères, comme ont pu le vérifier par le passé la majeure partie des observateurs internationaux présents sur place, tels ceux du Centre Carter, de l’Organisation des Etats américains et de l’Union européenne. Grâce à l’aide de la communauté internationale, ces élections ont compté parmi les plus surveillées et les plus transparentes du monde.

L’existence d’un Conseil National Electoral, composé par des personnalités n’ayant aucun lien avec des organisations politiques, nous semble une garantie suffisante pour que l’élection présidentielle du 3 décembre soit exemplaire. En tant que démocrates, nous attendons de tous les gouvernements et de toutes les institutions du monde qu’ils respectent les résultats officiels du scrutin, tels qu’ils auront été proclamés par le CNE et avalisés par les observateurs accrédités de la communauté internationale.

Nous ne voulons pas que se répète le lamentable précédent établi, comme cela a été prouvé par la suite, par l’administration Bush qui, en avril 2002, avait appuyé un coup d’Etat – heureusement avorté – contre le gouvernement démocratique du Venezuela.

Nous appuyons sans réserve le droit de tous les peuples du monde à faire entendre leur voix au moyen d’élections libres et honnêtes. C’est pourquoi nous lançons un appel à l’opinion publique pour que soit reconnu aux citoyens vénézuéliens le même droit à vivre en démocratie que nous revendiquons pour nous-mêmes en France.


Premiers signataires
 :

Samir Amin, Jean-Pierre Beauvais, Ahmed Ben Bella, José Bové, Marie-Georges Buffet, Bernard Cassen, Henri Emmanuelli, Gisèle Halimi, Maurice Lemoine, Alain Lipietz, Jean-Luc Mélenchon, Georges Sarre, Christiane Taubira, Aminata Traoré, Sophie Thonon-Wesfreid, Fabien Cohen,


Pour signer, répondre à l’adresse
 :

democratievenezuela@gmail.com

Musée social – 5 rue Las Cases Paris 7ème

(Métro : Solferino)

Imprimer