Accaparement de terres numériques en Amérique du Sud (Cédric Leterme/ Cetri)
Imprimer

Un rapport publié par l’ONG de défense des luttes paysannes GRAIN décrit comment les technologies numériques sont aujourd’hui utilisées en Amérique du Sud pour renforcer les processus de concentration des terres agricoles dans les mains d’une poignée d’acteurs privés au détriment des petits paysans et des communautés indigènes.

L’Amérique latine est tristement célèbre pour ses niveaux records d’inégalités socio-économiques, y compris et d’abord en matière d’accès à la terre. Un pour cent des propriétaires terriens y contrôlent cinquante-et-un pour cent des terres agricoles. La course au développement des cultures de soja et l’élevage comptent aujourd’hui parmi les principaux facteurs d’aggravation de cette situation. Avec l’Afrique, le continent abrite en effet les dernières grandes « réserves » de terres arables de la planète, suscitant des convoitises de plus en plus nombreuses. La pression est d’autant plus forte que le développement agricole se heurte à d’autres valorisations potentielles de ces territoires, que ce soit en termes d’accès aux ressources naturelles ou, plus récemment, de fourniture de « services écologiques » censés atténuer les effets de la crise environnementale et climatique actuelle.

La numérisation en renfort de l’accaparement des terres

Les premières victimes de cette ruée sur les terres sont les petits paysans et les communautés indigènes qui se retrouvent chassés de leurs terres ou privés d’accès à leur principal moyen de subsistance. Cette situation n’a malheureusement rien de neuf [4]. Elle connaît toutefois un regain d’accélération aujourd’hui à la faveur de l’utilisation de plus en plus systématique de technologies numériques telles que l’enregistrement en ligne au cadastre ou le géoréférencement. C’est du moins ce qui ressort de l’étude publiée par l’ONG GRAIN : « Clôtures numériques : l’enclosure financière des terres agricoles en Amérique du Sud ».

Celle-ci porte sur cinq « zones d’expansion et d’investissement dans l’agrobusiness » du sous-continent sud-américain : Orinoquia en Colombie ; Matopiba dans la région du Cerrado brésilien ; les forêts sèches chiquitanes de Bolivie ; le Chaco Seco du Paraguay ; et le Chaco argentin.

Agribusiness expansion zones and savanna ecoregions (Source : GRAIN)

Dans chacune de ces régions, les auteurs de l’étude notent que « les cadastres géoréférencés sont devenus une exigence à la fois pour le processus de régularisation foncière et pour accéder à d’autres politiques publiques et de crédit en matière de propriété rurale ». Une tendance lourdement soutenue par des organisations internationales comme la Banque mondiale, par exemple, qui a prêté respectivement plus de 45 millions et 100 millions de dollars à la Colombie et au Brésil pour qu’ils « numérisent » leur système de gouvernance foncière.

Or, si les auteurs reconnaissent le rôle positif que pourraient jouer ces technologies dans une perspective de justice sociale (par exemple pour identifier et récupérer des terres illégalement acquises), dans les faits, elles serviraient plutôt ce qu’ils n’hésitent pas à qualifier de « véritable accaparement de terres numériques » (authentic digital land grab). «  Dans les cinq principaux domaines d’expansion couverts par ce rapport, expliquent-ils, des titres individuels sont massivement accordés sur des terres publiques, vacantes ou traditionnellement occupées par des peuples et communautés traditionnels, à ceux qui accèdent les premiers aux systèmes de précision numériques (GPS) ».

Au Brésil, par exemple, il est ainsi possible de régulariser jusqu’à 1 500 hectares de terres publiques par le biais d’un enregistrement en ligne au cadastre, alors même que celui-ci ne repose que sur des informations fournies par le demandeur. Et même lorsque ces informations doivent être croisées avec celles des registres immobiliers, comme c’est le cas en Argentine ou au Paraguay, « l’accent mis sur le titre et sur la précision de la mesure GPS a remplacé les critères de vérification liés au respect de la fonction sociale et environnementale du terrain et à la nature de l’occupation ». Résultat : « dans la tendance actuelle, les cadastres sont utilisés comme nouveau support de droits de propriété qui valident des titres illicites issus de l’accaparement des terres publiques et des territoires des peuples et communautés traditionnels  ».

Une financiarisation également renforcée

Cette numérisation renforce également la privatisation et l’individualisation des terres au détriment des usages communautaires et plus largement collectifs. D’abord, parce que les procédures numériques elles-mêmes privilégient les titres de propriété privée. «  Dans les zones d’expansion étudiées, l’accent est clairement mis sur le géoréférencement et presque exclusivement sur les propriétés rurales privées (…) », soulignent ainsi les auteurs. Ensuite, parce que même lorsque d’autres usages sont dûment certifiés, « les institutions publiques et les banques peuvent exiger leur inscription dans les cadastres en tant que propriétés rurales privées, au risque d’un chevauchement avec des terres collectives, voire d’une suppression pure et simple de ces terres de la carte ». L’objectif ? Contourner les restrictions qui pèsent sur les terres publiques ou collectives en matière de financiarisation notamment. En effet, grâce à ce que les auteurs qualifient de « refonte numérique de l’utilisation des terres centrée sur la propriété privée individuelle », ce sont des millions d’hectares qui se retrouvent injectés dans les marchés fonciers et financiers dans la mesure où il est désormais possible de les vendre et de les utiliser comme instrument de dette. (…)

(…) Lire la suite de l’article ici

Imprimer