Colombie: le barrage d’Ituango, sur le río Cauca, menace de se rompre (article de Guylaine Roujol Pérez/ Le Parisien et vidéo)
Imprimer

Le plus grand ouvrage hydro-électrique de Colombie a été placé sous haute surveillance dans le nord-ouest du pays avant même d’avoir été mis en service. Des milliers de personnes ont été évacuées. Plus de 100000 personnes seraient en danger s’il venait à rompre.

Hidroituango, la plus grande centrale hydroélectrique du pays, semble fragilisée par une faille géologique et menace plus de 110 000 habitants de la région. AFP/JOAQUIN SARMIENTO

Des milliers d’habitants évacués en urgence, des maisons dévastées par les eaux en furie du Cauca, le deuxième fleuve le plus long de Colombie, des ponts qui s’effondrent sous la force du débit, et plus de 110 000 personnes potentiellement concernées par une catastrophe encore plus grande si le barrage d’Ituango venait à rompre : c’est le scénario dramatique qui fait retenir leur souffle aux habitants du Nord-Ouest de la Colombie. Une tragédie qui serait alors pire que la coulée de boue responsable de 25 000 morts à Armero (Tolima) en 1985. (…) Des associations se sont élevées depuis des années contre cette construction en raison des risques environnementaux. C’est le cas du mouvement Ríos Vivos Antioquia (MRVA) qui cherche à en mesurer l’impact dans la région du Bas Cauca et à défendre les communautés paysannes qui y vivent. Il a déjà payé un lourd tribut : menaces, attaques, intimidation, meurtres…. Les derniers en date, ceux de Hugo Albeiro George Pérez tué par balle le 2 mai, lors d’une manifestation contre le projet de barrage Hidroituango. Et celui de Luis Alberto Torres Montoya, également tué par des inconnus. Tous deux faisaient partie du MRVA. (….)  

(…) Lisez ici la suite de l’article de Guylaine Roujol Pérez

Imprimer