Communiqué de France Amérique Latine. Stop au blocus illégitime de pétroliers vénézuéliens vers Cuba
Imprimer

Le département du Trésor des États-Unis a décidé il y a quelques jours d’appliquer des sanctions économiques contre plusieurs bateaux pétroliers transportant du pétrole vénézuélien vers Cuba. Le secrétaire d’État, Steven T. Mnuchin, a déclaré que les États-Unis « continuent de prendre des mesures énergiques contre l’ex-gouvernement illégitime » de Nicolás Maduro  et contre « les acteurs extérieurs qui le soutiennent »,  comme Cuba avec  « son appareil répressif de sécurité et renseignement ».  Ces mesures s’inscrivent dans la droite ligne de la politique de renforcement du blocus menée par le président Trump, notamment après son annonce de l’application du titre III de la loi Helms-Burton et de nouvelles sanctions qui restreignent les envois d’argent des cubains résidants aux États-Unis et interdisent certaines transactions bancaires.

Le président cubain, Miguel Díaz-Canel, a accusé les États-Unis d’aggraver les attaques contre Cuba avec l’objectif de provoquer un soulèvement social dans le pays. Cuba importe 60% de son pétrole et cette nouvelle crise provoque des difficultés d’approvisionnement, des coupures d’électricité et le ralentissement de la production.

France-Amérique Latine dénonce fermement de telles pratiques contre un pays victime, depuis plusieurs décennies, d’un blocus économique, commercial et financier totalement illégitime et régulièrement condamné à l’ONU.

Alors que l’assemblée nationale cubaine se réunit le 10 octobre pour élire les pus hauts responsables de l’État (Président, vice-président, membres du Conseil d’État), France-Amérique latine en appelle au gouvernement français, à la commission européenne, au parlement européen pour renforcer leurs actions en vue de la levée définitive de ce blocus.

Bureau National de FAL, 10 octobre 2019

 

Imprimer