FAL se joint à l’appel invitant les Etats membres de l’UE à reconnaître le mandat du groupe de travail sur les sociétés transnationales et autres entreprises et les droits de l’homme
Imprimer

En octobre 2018 à l’ONU, débuteront les négociations pour l’élaboration d’un “instrument international juridiquement contraignant sur les sociétés transnationales et autres entreprises et les droits de l’homme”.

Face à la réticence des Etats membres de l’Union européenne quant à la mise en place d’un groupe de travail intergouvernemental, plusieurs associations de la société civile ont rédigé et signé un appel, invitant les États membres de l’Union européenne et l’Union européenne “à mettre fin à ces stratégies d’obstruction, à reconnaître le mandat de ce groupe de travail intergouvernemental et la présence essentielle des organisations de la société civile dans le processus, et à participer de manière active et constructive à l’élaboration d’un traité international juridiquement contraignant  sur les sociétés dont les activités opérationnelles ont un caractère transnational, comme le spécifie clairement la résolution 26/9.”

France Amérique Latine est membre de la Coalition française pour un traité contraignant et de l’Alliance pour la fin de l’impunité et le démantèlement des multinationales, à ce titre, notre association s’est jointe à cet appel publié le 11 juillet 2018, appelant les États membres de l’Union européenne “à étudier la première version de traité qui sera publiée par l’Équateur en conséquence, dans une attitude constructive, au-delà des débats stériles visant à attaquer la légitimité de ce processus historique.”

Pour plus d’infos sur le traité contraignant, retrouvez la tribune de Chloé Maurel sur le site de France Amérique Latine 

Imprimer