Honduras : exigeons le retour à la démocratie
Imprimer

Coup d’Etat 28 Juin 2009 : – plus de 2 mois –

Seul le Peuple a le droit de choisir son président.
Toute atteinte aux droits de l’homme et aux libertés fondamentales dans le monde concerne aussi la France et l’Europe !

La junte putschiste ne peut continuer à ignorer la voix du Peuple qui réclame sans relâche depuis plus de 60 jours le respect de l’ordre démocratique et constitutionnel par :

- Le retour immédiat et inconditionnel de leur président légitime Manuel Zelaya
- Le respect de la liberté d’expression et d’opinion ainsi que de l’intégrité physique des manifestants
- La libération des détenus et la sanction de la répression militaire
- La remise en route du processus de l’assemblée constituante à travers la « cuarta urna » *
- L’Europe ne doit pas reconnaître le gouvernement putschiste

Les Etats-Unis doivent suspendre toute aide militaire et économique au gouvernement de fait de Micheletti, tel qu’il a été décidé par l’Assemblée Générale de l’ONU et de l’OEA.**
Il faut dénoncer le rôle des fonctionnaires de l’administration Bush encore en poste, complices des putschistes au Honduras.

En outre il est nécessaire de dénoncer la présence des bases militaires étasuniennes en Colombie, qui n’ont pour but que de déstabiliser de la région et servir d’appui logistique aux Etats-Unis.

NON aux heures sombres des dictatures militaires !

*La « Quatrième urne » pour les élections en novembre 2009, proposée par le gouvernement Zelaya, serait destinée à une consultation populaire permettant au peuple hondurien de s’exprimer sur l’introduction dans la constitution de dispositions sur la démocratie participative.
**Organisation des Nations Unies et Organisation des Etats Américains

 

Imprimer