Louis Joinet: in memoriam (communiqués et hommages)
Imprimer

Communiqué de France Amérique latine

C’est avec une vive émotion que France Amérique Latine fait part du décès d’un soutien indéfectible et grand ami des peuples latino-américains, Louis Joinet, le 22 septembre dernier à l’âge de 85 ans.

Photo: Leo Carreno (Resumen Latinoamericano)

Successivement éducateur de rue, magistrat, expert international indépendant, conseiller ministériel, et un long etc, il a surtout été toujours un acteur solidaire, engagé et critique. Louis Joinet a mis sa vie et son intelligence au service de l’émancipation des peuples du monde et a été un fervent combattant des opprimé.e.s latino-américains.

Est-il besoin de rappeler que la trajectoire peu commune de cet « épris de justice » révèle la profondeur de la vocation internationaliste de son combat en faveur des droits des peuples et des droits humains ? 

Depuis ses premières manifestations aux côtés de son épouse pour les prisonniers politiques du Plan Condor, en passant par ses missions pour la Fédération Internationale des ligues des Droits de l’Homme /FIDH dans les dictatures du Cône Sud, jusqu’à son investissement en tant que rapporteur sur la situation de l’Uruguay au sein du Tribunal Russell, il a été marqué de manière décisive par l’Amérique latine.

Louis Joinet n’eut alors de cesse de rappeler l’importance des témoins qu’il accompagna alors, tel le député uruguayen Zelmar Michelini et, plus encore, la militante uruguayenne Norma Scopise Couchet, dont le témoignage qu’elle tint à effectuer à visage découvert entraîna, malgré la prudence prise, sa disparition forcée. De cette expérience est né le projet de la convention internationale sur les disparitions forcées que L. Joinet fit adopter dans le cadre onusien en 2006, et qui est devenue un pilier de la justice transitionnelle de par le monde.

Fondateur du SIJAU (Secrétariat International des Juristes pour l’Amnistie [des prisonniers politiques] en Uruguay), organisme clé menant à la transition politique vers la démocratie entre 1980 et 1985 dans ce pays, soutien actif et grand ami de France Amérique Latine, mais aussi de l’association ¿Dónde Están ? – París, et, plus récemment, de l’Observatoire Luz Ibarburu et de l’Institut Français de Justice Transitionnelle, Louis Joinet a diffusé la soif de justice et du droit comme instrument d’émancipation à des générations de militant.e.s, de chercheurs-ses et de juristes.

Menacé de mort dès 1975 en raison de ses engagements en faveur de la libération des prisonniers politiques en Uruguay, il réagissait à ces pressions avec la même ironie espiègle lorsqu’en 2017, alors âgé de 83 ans, il était victime des menaces du « commando Barneix » du fait de son activisme en faveur de la justice pour les crimes du terrorisme d’État.

Au delà de l’Uruguay, Louis et son épouse Germaine, ont constitué des soutiens inébranlables pour les militant.e.s persécuté.e.s et les exilé.e.s politiques, comme cela été le cas des victimes de la dictature du Général Pinochet au Chili.

Merci Louis, nous ne t’oublierons pas!

Bureau National de FAL, Paris, 24 septembre 2019

Communiqué des Ex-Prisonniers Politiques chiliens/ France

Adieu à notre ami Louis Joinet

L’un des hommes qui a le plus contribué à faire avancer la justice dans le monde vient de nous quitter: Louis Joinet. Il nous laisse un héritage de légalité humaniste et de solidarité démocratique irremplaçable.

Pour nous, Chiliens de l’exil, Louis, ainsi que son épouse Germaine, ont constitué des soutiens inébranlables dans nos luttes pour la liberté et la démocratie. En 2013, notre association l’a déclaré “l’un des nos Justes” en remerciement à son immense solidarité et à l’accompagnement permanent qu’il a su mettre en oeuvre pour nous entourer et pour protéger notre peuple de la terreur dictatoriale.

L’Association d’Ex Prisonniers Politiques Chiliens-France se joint aux nombreuses associations, syndicats et personnalités françaises et internationales pour exprimer à sa famille notre plus profonde tristesse. 

Conseil d’administration de l’Association d’Ex Prisonniers Politiques Chiliens-France, Paris, 23 septembre 2019

Autres communiqués et hommages

Ha fallecido Louis Joinet (¿Dónde están) (en español/ en français)

J’ai pu apporter ma pierre à l’édifice des droits de l’Homme (Amnesty International/ France)

Un grand défenseur des droits s’est éteint (Ligue des Droits de l’Homme/ LDH- France)

Louis Joinet : « obstinez-vous ! » (Sinémensuel)

Parce qu’il croit qu’on peut changer le monde en changeant l’institution dans laquelle on est, Louis Joinet a toujours revendiqué ses engagements. Sous son allure modeste, cet homme de 77 ans a les convictions acérées et un CV long comme le bras. Expert indépendant à l’Onu pendant trente-deux ans, fondateur du Syndicat de la magistrature, président de la Commission nationale informatique et liberté (Cnil), avocat général à la Cour de cassation, il a également été chargé de la justice, des libertés publiques et des droits de l’homme à Matignon, de Mauroy à Bérégovoy, puis nommé conseiller de François Mitterrand.(…)

(…) Lire la suite de l’article avec une interview de Louis Joinet

L’Institut Francophone pour la Justice et la Démocratie – ex-IUV a appris avec une grande tristesse le décès de M. Louis Joinet, cofondateur du syndicat de la magistrature, mais aussi inlassable négociateur de multiples accords de paix et grand artisan de la lutte contre l’impunité.

Nous avons eu le plaisir de le rencontrer et de le recevoir à de nombreuses reprises et de fonder son sous patronage, en 2013, l’Association francophone de Justice transitionnelle. Souvent présent à nos cotés pour nos colloques et nos conférences, son expertise et sa bienveillance ont toujours été, pour nous, une source d’enseignements et d’inspiration. Véritable auteur des piliers de la Justice transitionnelle qui est au cœur de nos activités, nous l’avions lors de la création de l’IFJD sollicité pour présider notre comité de parrainage et donner son nom à notre Institut. Il nous avait fait l’immense honneur d’accepter notre invitation.

Lors de notre dernier Conseil d’administration, nous avions décidé que désormais l’IFJD deviendrait l’Institut Francophone pour la Justice et la Démocratie – Institut Louis Joinet. Aujourd’hui, encore plus qu’hier, nous mesurons l’honneur qu’il nous avait fait. Sa confiance est pour nous une source de fierté, mais aussi et surtout un encouragement à poursuivre nos actions dans le respect de l’éthique qui fut la sienne tout au long de sa vie.


Nous présentons nos très sincères condoléances à sa famille et ses proches.

Imprimer