Pendant le confinement au Pérou, « toutes les trois heures, une femme disparaissait » (Billet de blog / Le Monde)
Imprimer

Selon le Défenseur du peuple, 915 femmes, dont 606 mineures, ont disparu entre le 16 mars et le 30 juin. Le problème, endémique dans le pays, a été accentué par la crise sanitaire et les manquements des autorités.

« Christ, espoir pour la vie », peut-on lire sur ce graffiti, à Lima, au Pérou, le jeudi 23 juillet. Martin Mejia / AP

« Qui se soucie des 915 Péruviennes disparues pendant le confinement ? », interrogeait, le 21 juillet, le site d’investigations péruvien Convoca. La disparition de femmes est un problème endémique au Pérou, mais le phénomène s’est accentué à la faveur de la crise sanitaire due à la pandémie de Covid-19.

Selon le Défenseur du peuple – équivalent du Défenseur des droits en France – entre le 16 mars et le 30 juin, les autorités ont perdu la trace de 309 adultes et 606 mineures. Le nombre moyen de cas quotidien est passé de cinq à huit.

« Toutes les trois heures, une femme disparaissait, résume Convoca. Un chiffre qui mettrait n’importe quel pays du monde en alerte, à l’exception du Pérou, où la violence contre les femmes semble être naturalisée. »

« Nous devons savoir ce qui leur est arrivé », a ainsi tonné le Défenseur du peuple, Walter Gutierrez, à la radio RPP. « Comment peuvent-elles être portées disparues alors que tout l’espace public a été occupé par la police et l’armée ? Il n’y avait ni aéroport en service, ni transport. La police ne nous a donné aucune explication », a déploré Eliana Revollar, son adjointe aux droits des femmes.

Face à la situation économique devenue intenable pour certains ménages, des centaines de personnes s’étaient lancées sur les routes, malgré le confinement obligatoire.

Un cadre juridique mais pas d’outil efficace

Certaines femmes et jeunes filles sont réapparues depuis la levée du confinement, le 1er juillet. Il est cependant impossible d’en connaître le nombre avec certitude, de même que celui correspondant à celles manquant toujours à l’appel.

En théorie, le Pérou dispose d’un cadre juridique structurant les recherches des personnes disparues, en vertu d’une loi du 11 juillet 2003, qui ordonnait la création d’un registre national d’informations destiné à centraliser tous les cas de disparition. Mais, dix-sept ans plus tard, cet outil n’a toujours pas été mis sur pied.

En outre, il n’existe aucune plate-forme en ligne, ouverte aux institutions publiques et privées ainsi qu’à la société civile, pour faciliter le travail de recherche en relayant, entre autres, les avis de recherche.

(…) Lire la suite de l’article ici

Imprimer