Le Pérou, le pays à la plus forte mortalité due au coronavirus (AFP)
Imprimer

Un système de santé précaire souffrant de sous-investissement chronique, des familles pauvres et des logements surpeuplés: ce cocktail explosif a fait du Pérou le pays détenant le triste record mondial de mortalité due au coronavirus.

© 2020 AFP

Avec 87 décès pour 100.000 habitants, selon des données établies par l’AFP à partir de chiffres officiels, le Pérou a dépassé la semaine dernière la Belgique (85), après que cette dernière a revu à la baisse le nombre de décès dus à la pandémie de Covid-19.

Pour le gouvernement, une des raisons principales de ce taux est le souci de “transparence” des autorités qui s’appuient sur un système de comptabilité parmi “les meilleurs” d’Amérique latine.

“Dans les zones les plus reculées, les médecins envoient les chiffres (des décès) par téléphone”, a expliqué la ministre de la Santé, Pilar Mazzetti.

Mais pour Farid Matuk, expert en statistiques, d’autres facteurs ont conduit à ce record malgré un confinement de plus de 100 jours et un couvre-feu nocturne toujours en vigueur : “Le manque d’infrastructures, l’absence de l’État, le manque d’ordre social”, énumère-t-il.

“Pas de lits”

Avec 652.037 cas confirmés et 28.944 morts, le Pérou est le troisième pays d’Amérique latine le plus endeuillé après le Brésil (212 millions d’habitants) et le Mexique (128 millions d’habitants).

Mais avec 33 millions d’habitants, il est de loin bien moins peuplé que les deux géants.

“Notre système de santé est précaire. Il nous manque 16.000 spécialistes au niveau national”, explique à l’AFP le président de la Fédération des médecins péruviens, Godofredo Talavera.

“On manque d’hôpitaux, de centres de santé, de médicaments, de laboratoires. Beaucoup de gens meurent chez eux par crainte de venir à l’hôpital ou parce qu’il n’y a pas de lits ou de respirateurs”, se désole-t-il.

La semaine dernière, des milliers de médecins se sont ainsi mobilisés pendant deux jours afin de dénoncer le manque de moyens et d’équipements de protection pour affronter la pandémie, alors que 146 d’entre eux sont morts du Covid-19.


(…) Lire la suite de l’article ici


Imprimer