Amazonie équatorienne : l’avocat des autochtones harcelé par le groupe pétrolier Chevron ( Elisabeth Schneiter / Reporterre)
Imprimer

Le géant pétrolier Chevron, condamné après des décennies de pollution en Amazonie, harcèle l’avocat phare des autochtones. Steven Donziger a refusé de leur livrer son ordinateur et est désormais assigné à résidence.

Neuf des plus grandes organisations de défense des droits humains et de l’environnement ont publié le 14 novembre une déclaration condamnant l’assignation à résidence de l’avocat américain des droits de l’homme, Steven Donziger. M. Donziger est un membre clé de l’équipe juridique qui a obtenu que la compagnie pétrolière Chevron soit condamnée à payer 9,5 milliards de dollars (8,6 milliards d’euros) aux communautés autochtones qu’elle a polluées au-delà du soutenable dans l’Amazonie équatorienne. Ce procès est crucial car Chevron agit en représailles contre Steven Donziger pour intimider les avocats qui seraient tentés de suivre son exemple et d’attaquer en justice les grandes entreprises polluantes.

61 milliards de litres d’eaux usées toxiques déversés dans la forêt amazonienne

Pour réduire ses coûts, l’entreprise, sous le nom de Texaco, a déversé entre 1964 et 1992, 61 milliards de litres d’eaux usées toxiques dans la forêt amazonienne sans aucune précaution, laissant derrière elle environ mille fosses de déchets toxiques qui continuent de contaminer les eaux souterraines et les rivières, provoquant une épidémie de cancers chez les autochtones et de maladies chez les animaux sauvages et domestiques.

Steven Donziger est l’un des principaux avocats des communautés que la pollution causée par Chevron rend malades encore aujourd’hui. Après des années de procès, Chevron a été jugée responsable sur la base de 105 rapports techniques prouvant la pollution et la responsabilité de l’entreprise et condamnée à des dommages et intérêts d’un montant de 9,5 milliards de dollars. Pour tenter d’empêcher l’exécution du jugement, Chevron a lancé une attaque de représailles contre les plaignants en Amazonie et contre leurs avocats, selon une stratégie qui consiste, entre autres — et comme l’avait déclaré, en 2009, l’un des responsables de Chevron — à « diaboliser Donziger ». (…)

(…) Lire la suite ici

Imprimer