Venezuela: la poursuite du déclin? (débat entre Jean-Jacques Kourliandsky, Maurice Lemoine, et Olivier Compagnon / Marie-France Chatin / RFI)
Imprimer

Signal de plus du profond marasme économique dans lequel le Venezuela est plongé depuis plusieurs années : l’essence était quasiment gratuite dans ce pays qui dispose d’énormes réserves d’or noir. Elle ne l’est plus depuis lundi 1er juin 2020 sur décision du président Maduro qui a, par ailleurs, mis fin au monopole de l’État vénézuélien sur la vente des carburants.

Nicolás Maduro, lors d’une rencontre avec le haut commandement de l’armée vénézuélienne au palais de Miraflores, le 4 mai 2020.  VENEZUELAN PRESIDENCY / AFP

Une mesure rendue nécessaire en raison de l’effondrement de la production de pétrole. Le phénomène n’est pas récent, mais il s’est accentué avec la crise du coronavirus. Le pays qui a clos 2019 avec une inflation de 200.000% et dont l’économie s’est dollarisée, fait face à une difficile situation de pénurie alors qu’il est gorgé de pétrole, possédant les réserves les plus importantes au monde. Il y a quelques jours, des tankers iraniens livraient de l’essence et d’autres produits pétroliers au gouvernement socialiste de Nicolás Maduro. (…)

(…) Écouter le podcast de l’émission ici ou ici

Invités :
– Jean-Jacques Kourliandsky, chercheur à l’Iris et directeur de l’Observatoire Amérique Latine à la Fondation Jean Jaurès.
– Maurice Lemoine, journaliste et écrivain, spécialiste de l’Amérique Latine. Collaborateur du site Mémoire des luttes.
– Olivier Compagnon, professeur d’Histoire contemporaine à l’IHEAL, co-rédacteur des Cahiers de l’Amérique latine, éd. IHEAL.

Imprimer